Les femmes sont maternelles

les femmes sont toutes maternelles ?
Les femmes sont toutes maternelles ? © AVAVA - Fotolia.com

Nous ne prétendrons pas résoudre dans ces lignes la grande question de savoir si, oui ou non, le sentiment nommé "instinct maternel" existe vraiment, d'emblée, chez toutes les femmes. Contentons-nous donc d'établir quelques constatations de bon sens.

D'abord, il est un fait que personne ne niera : les femmes portent l'enfant en elles ; à défaut d'avoir un instinct, elles ont forcément un cordon ombilical (vous savez, celui qui sera si dur à couper plus tard, lorsque le petit s'en ira de la maison). Pourtant, il fut une longue époque où les grandes dames mettaient leur orgueil à être assez peu mères, confiant leur bébé à des nourrices, de préférence à la campagne, loin de leur salon élégant.

A la fin du XVIIIe siècle, renversement de situation : Rousseau, dans son Emile, invente le concept de la bonne mère, de l'allaitement et de l'attachement familial. La génitrice attentive devient un idéal.

"T'es pas ma mère", grommelle-t-il, agacé, lorsqu'on lui reboutonne son col avant de sortir. Forcément : la meilleure, c'est maman, la vraie, la sienne, alors qu'on remballe vite notre propre instinct maternel, ou qu'on l'exerce sur notre progéniture à nous (qu'il trouve qu'on néglige un peu, justement).