L'oeil du psy : Valérie Trierweiler a vécu une "expérience effrayante"

Valérie Trierweiler devrait sortir de la résidence présidentielle de la Lanterne, où elle s'était retirée à l'abri des regards après son hospitalisation. La révélation de la liaison du Président Hollande avec l'actrice Julie Gayet l'avait rudement éprouvée. Aujourd'hui, elle semble remonter la pente et s'apprête à partir en Inde dimanche pour soutenir l'ONG Action contre la faim. La psychiatre Stéphanie Hahusseau décrypte les répercussions psychologiques d'une trahison amoureuse de cette ampleur et les moyens pour se reconstruire.

L'oeil du psy : Valérie Trierweiler a vécu une "expérience effrayante"
© ALFRED / SIPA

La révélation de la liaison du Président Hollande avec l'actrice Julie Gayet par le magazine Closer a sérieusement mis à l'épreuve Valérie Trierweiler. La Première dame de France est devenue du jour au lendemain une femme trahie. Certes, comme tant d'autres, mais avec une double peine quand même : celle d'être humiliée publiquement. 

Une première dame trompée et humiliée par un adultère révélé publiquement. Quelles conséquences émotionnelles cela peut-il avoir ?
Stéphanie Hahusseau : le besoin d'attachement, qui est un sentiment vital, est mis à mal et attaqué. Comme chez toute personne engagée dans une relation amoureuse, cela peut être traumatique. Au-delà du mensonge, il y a une trahison publique et le fait d'être diminué et montré du doigt devant tout le monde... Cela rappelle les moqueries subies par les enfants harcelés dans les cours d'école. C'est une expérience effrayante. Et puis c'est un événement brutal, imprévisible, sur lequel on n'a pas de contrôle et qui vous échappe. Évidemment c'est traumatisant, cela fait beaucoup trop de sources d'émotions d'un seul coup. 

Que ressent-on après une trahison amoureuse ? De la colère, de la tristesse... ?
On ressent de multiples émotions : la colère d'avoir été trahie, la tristesse de se sentir abandonnée, l'injustice probablement d'avoir fait beaucoup de sacrifices professionnels pour en arriver là. Il y a aussi de la méfiance engendrée par l'exposition publique. Et bien sûr, la nostalgie de l'amour perdu. Par ailleurs, l'estime de soi peut être fortement altérée. En effet, on est au départ dans un contexte particulier où l'homme est investi dans sa vie professionnelle et exerce une fonction de pouvoir. Par opposition à la femme, qui a mis sa vie entre parenthèses, y compris sa vie professionnelle et dont les qualités ne sont pas reconnues. Ce genre de situation n'est jamais valorisante pour une femme.

Qu'est-ce qu'une telle affaire, publique et médiatisée, nous apprend des relations homme / femme ?
C'est l'histoire d'une femme qui découvre un mensonge et qui tombe de haut. Elle se découvre seule engagée dans cette relation et son compagnon ne semble pas avoir été attentif aux sentiments d'usure, de lassitude, de désengagement. Il n'y a donc pas eu de possibilité de réaction ou d'ajustement, comme c'est habituellement le cas. C'est en cela que c'est particulièrement brutal. Ce qui me choque surtout c'est que cela montre un schéma très stéréotypé des relations homme / femme. On a d'un côté les femmes qui s'engageraient dans des relations à long terme. Et puis de l'autre, les hommes, qui ne seraient pas capables d'affronter leurs émotions en cas de difficultés et qui passeraient alors à l'acte pour écourter la relation, ou réguler un trop plein d'émotions, sans faire attention à l'autre. Alors que dans la réalité, ce n'est pas le cas. Il existe des hommes courageux, capables de s'engager, justes chez lesquels la valeur "respect d'autrui" fusse-t-il une femme est forte... Il suffit simplement d'assumer.

Comment se remettre de cette épreuve et se reconstruire ? 
Un tel événement laisse des traces, c'est sûr. On en sort fragilisé. Mais il faut l'accepter et laisser le temps de renouer avec ses émotions. Un à deux ans sont généralement nécessaires pour sortir d'un deuil traumatique.
Elle peut faire le choix d'assumer et d'en faire un tremplin pour défendre des causes qu'elle estime justes.
Le plus important dans les mois qui suivent, c'est le soutien social d'amis proches, de personnes bienveillantes, etc. La psychothérapie ou le travail sur soi sont également envisageables pour arriver à accepter ses émotions et faire remonter les choses. Le fait d'écrire sur soi peut aider pour prendre du recul et de nouveau contrôler sa vie.

Selon vous, est-il possible de conserver un lien avec une personne qui vous a trahi  dans de telles conditions?
Il me semble qu'il est difficile de faire autrement car l'attachement à l'autre ne s'arrête pas du jour au lendemain. Les personnes qui se jettent trop vite dans une nouvelle relation amoureuse vont généralement droit à l'échec. Par ailleurs, une personne qui couperait les ponts de manière trop tranchée conserverait peut-être un sentiment de vengeance. Et cela continuerait à la tourmenter...


Lire aussi