J'apprends à vaincre mes peurs Un mal parfois nécessaire

la peur permet aussi de faire face au danger.
La peur permet aussi de faire face au danger. ©  laurent hamels - Fotolia.com

Ah ça, avoir peur, ça n'est pas toujours agréable, sauf quand on s'amuse à la provoquer, à la faveur d'un saut en parachute ou d'une descente dans les grands rapides.

Pour autant, la peur est nécessaire et ne pas l'éprouver peut s'avérer redoutablement dangereux.

 Elle sert de garde-fou : si vous n'aviez pas peur, vous seriez sans doute prêt à entreprendre des activités qui pourraient potentiellement vous nuire. Nager dans une mer déchaînée, partir en hors-piste quand tous les indicateurs sont au rouge... Un peu à l'image des enfants et des adolescents qui, souvent, n'ont pas conscience du danger et se lancent dans des entreprises périlleuses (escalader le mur du jardin, tenter d'arracher des poils au chat-fauve de la famille...).

 Elle incite à peser le pour et le contre avant de prendre une décision qui aura des conséquences.

 Elle vous indique quand il est temps de vous sauver. Une sorte d'instinct de survie : vous avez peur et allez donc tout faire pour vous sortir de la situation qui provoque cette peur, avec une énergie souvent décuplée.

Le seul souci, c'est quand la peur devient si oppressante qu'elle nous empêche d'avancer (vous vous souvenez de ce jour où vous n'avez pas pu faire votre présentation en réunion, trop tétanisée que vous étiez par la peur de parler en public ?). Mieux vaut alors agir pour apprendre à la gérer, sinon vous risquez de passer à côté de belles opportunités.

On peut également finir par avoir peur d'avoir peur : on n'est pas dans une situation de peur, mais l'idée de s'y retrouver nous terrorise... On sent là un véritable cercle vicieux, dont il est donc judicieux de sortir.

Sommaire