Ecoutez votre intuition Sans intuition, l'oeuvre de Léonard de Vinci n'aurait pas existé

sans intuition, léonard de vinci n'aurait probablement jamais été le génie qu'on
Sans intuition, Léonard de Vinci n'aurait probablement jamais été le génie qu'on connait. © Hemera/Thinkstock

Ou plus exactement, il n'aurait probablement pas laissé cette trace indélébile dans l'histoire du monde. Eh oui, d'où croyez-vous que lui vienne son inspiration ? Elle découle de l'intuition : c'est avoir une idée originale, dont on ne sait d'où elle vient, mais qui va potentiellement changer la donne et permettre de produire un travail inédit. D'ailleurs, contrairement à une idée reçue, la plupart des scientifiques sont doués d'intuition. Là aussi, elle leur permet d'avancer et d'explorer de nouvelles pistes. "De manière générale, les intuitifs sont des imaginatifs créatifs, explique Claude Darche, psychothérapeute spécialiste de l'intuition. Léonard de Vinci aimait d'ailleurs à dire qu'il puisait son inspiration en regardant le ciel et les nuages !" Archimède ne saurait contredire cet état de fait, lui qui poussa son fameux Eurêka alors qu'il prenait son bain : après avoir cherché des jours une solution à un problème posé par un monarque, il venait de trouver l'inspiration (et la réponse) en observant l'eau de son bain ! Même Einstein ne jurait que par l'intuition. Ainsi, Claude Darche le cite dans son ouvrage "Développer son intuition" : "Il n'y a pas de voies logiques conduisant à ces lois naturelles, seule l'intuition reposant sur l'entendement par sympathie peut parvenir jusqu'à elles... C'est ainsi que je suis arrivé à la théorie de la relativité, qui est l'idée la plus heureuse que j'ai eue de ma vie." On le croit sans problème.

Flairer le hamburger

Dans les affaires aussi, "avoir du flair" (ça fait tout de même plus viril que le fameux sixième sens !) peut rapporter gros. Ray Croc et les frères McDonald en savent quelque chose, de même que tous ceux qui parviennent à anticiper les grandes tendances. En voyant la queue devant le restaurant californien des deux frères, l'homme d'affaires à tout de suite compris qu'il y avait un coup à jouer.
Après s'être associé avec les McDonald et avoir fait prospérer l'affaire (228 restaurants à travers le pays), il rachète leurs parts à un prix exorbitant : "Je ne disposais pas d'une telle somme, mais mon instinct ne me laissait pas de répit : il me soufflait de dire "Topons-là !" Alors j'ai fermé mon bureau en jurant comme un charretier, j'ai tout flanqué par la fenêtre, après quoi j'ai rappelé l'avocat et je lui ai dit "Allez-y !"" Une bonne idée, du moins si on se place du point de vue de son portefeuille.

Sommaire