Trentenaire et célibataire : pourquoi (pas)? Témoignages : elles sont seules à 30 ans

Elles ont plus de 30 ans et sont célibataires. Certaines l'ont choisi, d'autres le subissent. Elles expliquent leur quotidien, ce qui leur manque ou pas et comment elles gèrent cette solitude parfois regardée bizarrement par les autres.
Nina
 : "Le manque d'affection est le plus dur à vivre. L'envie de partager des moments de complicité avec une personne privilégiée, savoir que je compte dans le coeur de quelqu'un et réciproquement (même si j'ai plutôt une vision indépendante de la vie de couple)." 

Antje : "Au début c'était un célibat forcé, entre-temps c'est choisi. Si c'était très dur au début (rupture très douloureuse), je le vis très sereinement aujourd'hui et je me sens parfaitement épanouie. Il vaut mieux être seule que mal accompagnée ! Je ne suis pas une femme "standard" : j'ai toujours voulu un homme, mais pas d'enfants. Or, les hommes avec lesquels j'étais (ou avec lesquels j'aurais voulu être) n'ont pas accepté. Pour eux, il était absolument indispensable de faire des enfants. Je sais, il y a aussi des hommes indécis ou ne voulant pas d'enfants non plus, mais ce n'est pas moi qui les ai rencontrés. J'ai fait X tentatives de relation : aucun succès. Ou l'on se séparait parce qu'on n'avait pas les mêmes idées sur la vie, ou je tombais sur des hommes pas sérieux qui me voulaient juste pour une nuit (ou plusieurs), mais n'avaient pas envie de me connaître mieux pour envisager une éventuelle relation avec moi.

Si c'est mon destin que d'être célibataire, je vais le rester et continuer à être épanouie. Sinon, celui qui sera à même de rendre ma vie encore meilleure et plus belle qu'elle est actuellement va finir par croiser mon chemin un jour - et moi le sien."

Evelyne : "Après le boulot : je rentre chez moi... Seule. Le week-end, les vacances : trouver des activités seule c'est dur. Aucun moment de tendresse, de réconfort, devoir tout assumer soi-même (les courses, les factures, le ménage...), personne pour rassurer, dédramatiser les situations... Se démerder quand la chaudière ne marche plus... Et puis quand je sors avec d'autres, je suis la personne "nombre impair" car souvent il n'y a que des couples."

Sommaire