Trentenaire et célibataire : pourquoi (pas)? Et si j'étais bien toute seule ?

Vous avez fait votre examen de conscience, vous avez réfléchi et vous avez obtenu une réponse qui vous surprend vous-même : finalement, si vous êtes toujours seule à votre grand âge, c'est peut-être bien parce que ça vous plaît. Vous aimez votre indépendance, vous aimez n'avoir de comptes à rendre à personne, dormir en travers du lit et vous lover avec votre chat le soir, sur le canapé en mangeant de la crème glacée. Vous adorez partir en vacances seule, rencontrer vos amis quand bon vous semble et, même, vous adorez rire avec eux de vos petits habitudes de célibataire.

Non seulement, il n'y a rien de mal à ça, mais une fois que vous l'aurez admis, vous risquez de beaucoup mieux vivre ce célibat que vous ne compreniez pas ! En examinant la situation, vous vous rendez compte que, non, ce ne sont pas TOUS les hommes qui vous rejettent. C'est vous qui n'avez pas choisi des candidats qui auraient pu vous proposer une vie stable. Où est le mal, si ce choix vous convient et correspond à votre envie ? Vous n'avez aucune raison de culpabiliser. Le célibat n'est en rien plus égoïste que la vie de couple. "Vivre bien avec soi-même, cela n'a rien d'égoïste, souligne Sophie Cadalen. Il y a un certain confort de vie à être célibataire, qu'il ne sert à rien de nier."

Avoir une vie sociale

Reste désormais à vivre ce célibat le mieux possible, qu'il soit temporaire (peut-être réaliserez-vous dans quelque temps que vous êtes prête et partante pour partager votre vie) ou permanent. "L'essentiel, c'est d'avoir une vie sociale bien remplie, explique Odile Lamourère. Les célibataires malheureux sont ceux qui se lamentent de ne pas savoir quoi faire le dimanche. Mais ceux qui voient des amis et ont tout un tas d'activités, sont le plus souvent très épanouis."

Des amis, vous en avez beaucoup. Mais tous sont en couple et ne sont donc pas toujours disponibles pour sortir ? "Je conseillerais aux célibataires d'essayer de se faire des amis célibataires. D'abord parce qu'ils seront plus disponibles pour les sorties, mais aussi parce que, bien souvent, les couples ne comprennent pas la logique dans laquelle se trouvent les célibataires, estime Odile Lamourère. Il existe de nombreux sites, sur internet, qui permettent d'organiser des sorties culturelles, par exemple, entre solistes." S'inscrire dans des associations ou à différentes activités, se découvrir une passion pour le cinéma ou le jardinage... Voilà autant de façon d'occuper son temps libre et de se sentir totalement à l'aise et épanoui en solo. "C'est d'ailleurs bien souvent à ce moment-là, quand on est enfin à l'aise dans son célibat, que l'on rencontre quelqu'un qui nous donne envie d'aller voir plus loin", sourit Sophie Cadalen.

Sommaire