Quelle influence a votre prénom sur votre personnalité ? L'importance du prénom à l'école ou dans la vie professionnelle

Soyons francs, à l'école, tout le monde est susceptible d'être la victime de railleries sur son prénom. Demandez aux Pierre s'ils ont été plus épargnés que les Gontran ou même aux Sandrine par rapport aux Zoé. La réponse est non. Un jour où l'autre, quel que soit son prénom, on peut être victime de moqueries ou de jeux de mots, les enfants sont ainsi. L'école forge la personnalité et le caractère de l'enfant, donc il faut simplement apprendre l'autodérision, et ça se passera bien avec les camarades de classe.

Peu importe le prénom, les enfants trouveront toujours le moyen de s'en moquer.

Toutefois, il faut savoir que déjà, à l'école, les adultes jugent aussi les prénoms. Les professeurs avouent juger les élèves rien qu'en regardant la liste des prénoms. Ils définissent certains prénoms comme étant plus agités, et d'autres prénoms comme plus populaires ou brillants. Les enseignants estiment que souvent les plus agités sont aussi les plus populaires de la classe.

De même, des études ont montré qu'un prénom inhabituel semble associé à plus de problèmes d'adaptation, à une moins bonne évaluation de soi et à moins de réussite scolaire. L'enfant serait en difficulté devant son propre prénom, plus difficile à apprécier.

Vie professionnelle

Si l'étape "bizutage scolaire" est inexorable, il est important que la vie dans le monde des adultes soit moins propice à ces attaques puériles. Le prénom influence notre rapport aux autres. Parce qu'on ne reste pas enfant toute sa vie, il est important que le prénom soit crédible dans la vie professionnelle par exemple. Des prénoms comme Merlin ou Victoire peuvent être très bien portés par des enfants, mais une fois adulte, le jugement des autres est tout autre.

Malheureusement certains prénoms semblent limiter les capacités des personnes peut-être par manque de confiance en soi, mais aussi à cause du regard des autres sur ce prénom. Ainsi, des études ont montré que le nombre de prénoms originaux est plus faible dans les métiers de catégories socioprofessionnelles les plus hautes, que pour des métiers plus manuels.

Vie politique

On voit bien que porter un prénom courant permet une meilleure première impression que lorsqu'on porte un prénom rare ou original. Bien sûr, à ces études sur les prénoms courants et rares il existe des contre-exemples et des exceptions. Mais comme les prénoms rares interrogent plus qu'ils ne rassurent au premier abord, on a plus de risque d'avoir un(e) président(e) de la république qui s'appelle Nicolas, François ou Jacques, que Gaspard, Lilou, Maya ou Lubin.

On peut alors se poser la question pour les enfants de personnalités politiques : est-ce vraiment un choix innocent de la part de Ségolène Royal et François Hollande d'avoir appelé leurs garçons Thomas et Julien ? Nicolas Sarkozy : Pierre, Jean et Louis ? José Bové, Marie et Hélène pour ses filles, ou encore les enfants de François Fillon qui se nomment Marie, Charles, François, Arnaud, Antoine et Edouard. Déjà le Général de Gaulle avait choisi pour sa descendance Philippe, Anne et Elisabeth. Deux exceptions avec Mazarine pour Mitterrand (en hommage à Mazarin) et Cécile Duflot, secrétaire nationale des verts qui a choisi Bleuette, Anémone et pour sa petite dernière le prénom Térébentine (huile essentielle utilisée entre autres pour fabriquer un fort diluant industriel "blanc d'esprit"...). Leur destin sera-t-il politique ?

Sommaire