Demain j'arrête... De me poser trop de questions Avoir le coeur bien accroché

pauvre arthur, que vous faites tourner en bourrique avec toutes vos questions
Pauvre Arthur, que vous faites tourner en bourrique avec toutes vos questions existentielles... © auremar - Fotolia.com

Arthur est aux premières loges pour observer (et subir de plein fouet) votre questionnement métaphysique. C'est même lui la principale victime de toutes ces hésitations, finalement.

Depuis le premier jour. Quand vous l'avez rencontré dans cette soirée, pourtant, il vous a tout de suite plu, ça au moins c'est sûr. Votre premier instinct a donc été de lui laisser votre vrai numéro de téléphone ce soir-là. Sauf que quand il vous a appelée le lendemain, trois fois, vous n'avez pas décroché. Et s'il n'était pas fait pour vous ? Et s'il était instable ? Ou au contraire trop prompt à s'engager ? D'ailleurs aviez-vous vraiment envie d'une relation ? Et, si oui, pourquoi ne pas plutôt revenir vers votre ex, celui qui, bon d'accord, vous avait trompé avec la voisine, mais sait-on jamais ?

Bref, heureusement qu'Arthur, vous l'avez recroisé à la soirée suivante et qu'il ne vous a pas tenu rigueur de cette petite hésitation. Finalement, dans l'euphorie du moment, vous avez cédé à ses avances et il faut bien avouer que vous ne le regrettez pas. Enfin, la plupart du temps. Parce que forcément, s'il y a un sujet sur lequel vous vous posez des questions, c'est bien celui-là..

Refus d'avancer

Suis-je vraiment amoureuse ? Et lui, est-il amoureux (bien qu'il vous le dise trois fois par jour...) ? Ne l'est-il pas un peu trop d'ailleurs ? Et si ça se passe mal sur le long terme, qu'est-ce qu'on va faire ? Pire : et si ça se passe bien, qu'est-ce qu'on va faire ? Sa famille va-t-elle m'accepter ? Et si jamais il est du genre qui laisse traîner ses chaussettes partout ? Et si, et si... ? Vous avez beau savoir qu'avec des "si", on mettrait Paris en bouteille, ça ne vous empêche pas de vous faire régulièrement des nœuds au cerveau.

Le souci, c'est que ça ternit un peu votre relation : comment voulez-vous trouver la réponse à vos questions sur vous les tournez en rond dans votre esprit sans prendre le temps de vivre et d'apprécier l'instant présent ? Et le pauvre Arthur, auquel vous vous confiez... Parfois vous vous demandez comment il est possible qu'il soit encore là avec tout de ce que vous lui faites endurer. Ne serait-il pas un peu trop amoureux et trop patient, au fait ?!

Sommaire