Demain j'arrête.... D'essayer d'être parfaite Au travail : je n'accepte pas l'échec

Votre boulot, c'est peut-être le domaine de votre vie où vous avez le plus besoin de " contrôler " les choses. Votre image, votre production, vos collègues, votre carrière...
enthousiaste, efficace, performante et souriante... la perfection
Enthousiaste, efficace, performante et souriante... La perfection professionnelle est un véritable challenge ! © Laurent Hamels - Fotolia

D'abord, là aussi, vous avez toujours une "excellente présentation" comme on dit. D'ailleurs, votre bureau est de très loin le mieux rangé de tout l'open space. Tout comme votre boîte mail, où chaque courrier, dès qu'il arrive, est trié et rangé dans le dossier adéquat, non sans avoir auparavant et dans les 5 minutes qui ont suivi la réception, reçu une réponse personnalisée et calibrée.

Efficacité, rapidité, performance, intelligence, diplomatie. Tel est votre crédo dès que vous passez la porte du bureau. Vous êtes toujours volontaire dès que votre boss demande un volontaire pour une nouvelle tache, vous ne comptez pas vos heures, vous voulez tout maîtriser, de A à Z. Vous ne comptez pas vos heures. Vous êtes souvent la première arrivée, la dernière partie et jamais il ne vous viendrait à l'idée de vous plaindre. Votre boss vous en demande toujours plus ? Normal, c'est parce qu'il vous fait confiance. Alors vous souriez et vous vous exécutez.

Une erreur et tout est fini

Victime du syndrome de la bonne élève, vous adorez la compétition, mais vous ne supportez pas d'arriver seconde. Vous devez être la meilleure, celle qui se distingue, qui brille, étoile parmi les étoiles. Cela implique de jouer les lèche-bottes ? Qu'importe ! L'essentiel, c'est de réussir à grimper sur le podium. 

Les rares fois où il vous est arrivé d'échouer, vous vous êtes effondrée (chez vous et à l'abri de tout regard, on s'entend !). Vous n'admettez pas l'échec : une petite erreur et vous avez l'impression que ce sont tous vos acquis qui sont à remettre en cause. De même, vous avez beaucoup de mal à entendre vos amies raconter qu'on vient de leur confier telle ou telle responsabilité supplémentaire, si de votre côté vous n'avez pas évolué. Quant à leur salaire... Malheur à celle qui gagnera plus que vous !

Sommaire