Demain j'arrête... Les achats compulsifs La situation : vous ne savez pas résister à l'appel de la CB

quand vous avez vu cette petite robe en vitrine, vous n'avez pas pu résister...
Quand vous avez vu cette petite robe en vitrine, vous n'avez pas pu résister... Et puis il y avait aussi ce petit haut... Et la montre dans la boutique à côté ! © /Thinkstock

C'est plus fort que vous. Parfois, vous partez tout simplement prendre l'air, sans avoir l'intention ne serait-ce que de faire du lèche-vitrine. Non, vraiment, juste histoire de marcher un peu entre midi et deux. Mais soudainement, votre regard se pose sur LA petite robe de l'hiver / LE coquetier idéal / LA parure de lit qui fera de votre chambre un palace... Bref : vous ne pouvez pas résister.
En 1 minute 30 chrono en main, vous êtes entrée dans la boutique, avez fait main basse sur le produit convoité, agrémenté votre panier de trois ou quatre articles supplémentaires (pour assortir votre tenue/votre table/votre intérieur), avez introduit votre carte bleue dans la machine et être ressortie, à peine en retard pour la reprise du travail. Ce n'est qu'en arrivant au bureau que vous réalisez que vous avez encore dépensé 132 euros, alors que vous étiez déjà à découvert ce matin. Oups.

Non, ce n'était même pas un jour de déprime, juste une journée normale, comme il vous arrive souvent d'en vivre. Votre code de carte bleue, vous ne risquez pas de l'oublier : vous le composez généralement plusieurs fois par jour. Pour acheter une babiole ou un manteau hors de prix, pour vous ou pour vos amis... Vous avez à l'égard des biens de consommation la même attitude que les enfants envers les jouets des autres : vous les voyez, il vous les faut. Maintenant, tout de suite et à peu près à n'importe quel prix.

Objets inutiles

Résultat : votre appartement est une vraie caverne d'Ali Baba. Vous n'avez plus un centimètre carré de libre ni dans vos placards, ni sur vos étagères, encore moins dans votre cave, pleine à craquer de ces bibelots que vous n'avez jamais exposés, finalement.

C'est qu'une fois achetés, tous ces objets vous intéressent déjà beaucoup moins. D'ailleurs, en général, vous réalisez après coup que ces vêtements ne vous vont pas si bien que ça (normal, vous n'avez pas pris le temps de les essayer), que ce bougeoir n'est pas du tout de la bonne couleur pour votre chambre et que ce livre, ah oui tiens, vous l'aviez déjà, en fait. Acheté lors d'une précédente compulsion, probablement.

L'avantage, c'est que vous faites régulièrement le bonheur de vos amis et des associations caritatives, en leur refilant des tonnes de vêtements jamais portés et top fashion...

Sommaire