Demain j'arrête... De prendre de bonnes résolutions Trop de résolutions tuent les résolutions

 

1er janvier, minuit une. On s'embrasse, on trinque et, dans l'euphorie générale, chacun commence à prendre de bonnes résolutions pour cette nouvelle année qui s'ouvre, que dis-je, cette nouvelle décennie même ! Alors forcément, vous vous sentez un peu obligée de suivre le mouvement, sous peine d'être taxée de rabat-joie ou même de flemmarde.

Chacun y va de sa petite (ou grande) décision. Mélanie va enfin commencer son fameux régime dissocié et se fixe l'objectif des moins 5 kg avant la Saint-Valentin. Quant à Bertrand, il jure qu'il va lever le pied sur l'alcool et les sorties tardives en semaine. Il faut dire qu'il n'est plus tout jeune et qu'il commence à accuser le coup, ses poches sous les yeux en témoignent. Cécile se promet de ne plus passer ses soirées au boulot.

Et vous alors, que vous reste-t-il ? L'évidence serait de lancer "Ce soir, je fume ma dernière clope". Mais en même temps, vous n'avez pas vraiment du tout envie. Alors vous commencez léger : "J'arrête de dire des gros mots". Ca n'a pas l'air de suffire à vos copains. Un peu poussée, vous ajoutez "Bon ok, et aussi j'arrête de manger des barres chocolatées à 11 h". Mais non, vraiment, ça n'a pas l'air d'être assez. Alors vous vous forcez : "Je ne me rongerai plus les ongles à partir de demain matin !" Ah, voilà qui a l'air de mieux convenir, cela semble beaucoup plus difficile et donc plus courageux. Ouf !

Pleine de bonne volonté

Mais dans l'euphorie et la surenchère générales, quelques minutes plus tard, vous vous surprenez à lancer : "Ceci est ma dernière cigarette ! A partir de demain, je deviens non-fumeuse !" Et d'ailleurs, sur le coup, vous y croyez. C'est vrai, après tout : nouvelle année, nouvelle décennie, nouvelle vie. C'est peut-être une belle occasion de repartir sur des bases plus saines. 2010 sera santé ou ne sera pas !

 

1er janvier, après quelques heures de sommeil. Vous vous réveillez péniblement, avec une grosse barre au milieu du front. Vite, un café ! Vous vous attablez devant votre bol fumant et sortez une cigarette de son paquet (eh oui, vous êtes une grosse fumeuse, vous commencez au réveil), farfouillant dans votre poche pour trouver le briquet. Oups ! Vous réalisez juste à temps que... Aujourd'hui, vous arrêtez de fumer ! Pourtant, qu'est-ce que ça serait bon, une petite cigarette, là, avec ce petit café. Mais non, quand même, vous n'allez pas craquer dès le premier jour, quelle honte ! Alors une fois votre café avalé, vous décidez de sortir pour vous changer les idées et vous partez en quête d'un magasin ouvert pour y dénicher un vernis amer, histoire de vous aider à ne plus ronger vos ongles.

Sommaire