Demain j'arrête... De culpabiliser Trop exigeante avec vous-même ?

Bon, vous ne pouvez que le reconnaître : le portrait juste avant, celui de la fille qui culpabilise, c'est vous, en moins pire. A le lire, vous réalisez que vous avez peut-être effectivement un léger problème. Pour le régler, le mieux est sans doute de comprendre comment et pourquoi il s'est installé.


 A l'école, vous étiez une élève modèle, sage et disciplinée, désireuse de satisfaire la maîtresse? Vous étiez bonne élève et, surtout, vous ne rechigniez pas à la tâche : devoirs toujours faits, cartes de géographie bien coloriées et stylos de toutes les couleurs pour bien présenter vos cahiers. Résultat : vous êtes habituée à suivre les règles, à être récompensée quand ça va bien et sermonnée si jamais ça va moins bien. A l'école, les bonnes notes s'obtiennent le plus souvent au mérite. Vous avez donc du mal à vous faire à l'idée que dans la vraie vie, c'est loin d'être le cas. Eh oui, la vie est injuste et ce n'est pas à l'école que l'on apprend ces choses-là. Quand on vous fait un reproche, comme à l'école, vous essayez donc de comprendre ce que vous avez fait de mal et vous vous remettez en cause. Parfois, c'est bien. D'autres fois, cela ne mène à rien car ce n'est pas votre faute. Il va falloir vous y faire : le monde de l'entreprise n'a pas grand-chose à voir avec les bancs de l'école.

 Vous avez été bien "élevée" ! Comprendre : ne jamais s'énerver, rester polie même devant les personnages les plus malotrus, parfois même s'écraser plutôt que de faire un scandale à la caisse parce que la caissière vous a rendu la monnaie sur 10 euros alors que vous lui en aviez donné 100. Forcément, cela n'aide pas à se sentir dans son bon droit...

 Vous êtes une fille très appliquée et très perfectionniste. Une "pinailleuse" disaient d'ailleurs vos parents quand ils vous voyaient déchirer votre dessin pour tout recommencer, tout ça parce que vous aviez débordé en coloriant. Ce trait de caractère s'est développé à l'âge adulte. Si votre dossier n'est pas absolument parfait, alors, c'est qu'il est nul. Pas de demi-mesure ! L'ennui, c'est que la perfection n'est pas humaine, sinon ça se saurait ! Voilà donc quelques belles soirées de psychotage en perspective. Vous n'êtes pas parfaite, votre travail non plus, et pour vous c'est une faute, qui vous incombe.

 Vous l'avez compris : derrière ce souci de la perfection se cache souvent un manque de confiance en soi. Quand on doute en permanence de ses capacités, comment ne pas se remettre en cause chaque fois que quelque chose cloche dans notre entourage professionnel ou personnel ? Sans compter que les requins un peu plus sûrs d'eux en profitent souvent pour vous enfoncer et vous confirmer que oui, effectivement, c'est bien votre faute si ce dossier n'est pas arrivé à temps chez le client. Même si ce dossier, vous ne l'avez jamais eu entre les mains !

 

Sommaire