Apprenez à maîtriser vos émotions Quatre émotions négatives qui nous jouent des tours

La panoplie des émotions que l'être humain peut ressentir est bien entendu très large. Mais quatre grands sentiments négatifs se détachent, qui induisent nombre de nos comportements.

 

  La colère.  Un inconnu vous passe devant dans la queue au supermarché. Pire : vous réalisez qu'un être cher vous a trahi ou bien encore votre boss vient de vous faire des remontrances que vous jugez injustifiées. Et là, vous sentez la colère monter, une sorte de fureur d'abord un peu sourde, qui enfle jusqu'à ce que, parfois, vous ne puissiez plus la contenir. Il s'agit là d'un sentiment violent par excellence, capable d'engendrer le meilleur comme le pire.

Les sources de la colère sont multiples, expliquent Olivier Nunge et Simonne Mortera dans leur ouvrage "Gérer ses émotions " (Editions Jouvence). Au premier chapitre, on trouve la frustration, lorsque l'on est victime d'une situation injuste à laquelle on ne peut rien. L'intrusion sur notre territoire et l'entrave à notre liberté constituent également deux sources majeures de colère.

 

 La honte. Vous vous apercevez, trop tard, que votre jupe est coincée dans votre collant, que vous avez fait un gros lapsus alors que vous aviez la parole en réunion. Ou bien, tout simplement, vous avez dû implorer quelqu'un de vous aider alors que vous étiez perdue, sans un sou et sans contacts, en plein centre de Londres... Ah, la honte ! Sentiment terrible s'il en est puisque non seulement il nous tétanise sur place au moment M, mais qu'en plus il laisse des séquelles par la suite. Avouez que, chaque fois que vous repensez à ce jour où vous avez salué votre nouveau collègue Marc par un joyeux "Bonjour Madame", vous n'avez qu'une envie : vous planquer sous le bureau. En outre, la honte, si elle est éprouvée dans un contexte durable, peut avoir un effet négatif sur la confiance en soi.

 

 La peur. Vous l'avez peut-être déjà ressentie en attendant les tests d'un résultat HIV dans une petite pièce sans fenêtres ou lorsque vous étiez en voiture avec votre ami Julien qui a une fâcheuse tendance à se prendre pour Alain Prost au volant. La peur se ressent même physiquement lorsqu'elle est à son paroxysme : tremblements, cœur qui bat la chamade, mains moites... Ne dit-on pas d'ailleurs que l'on meurt de peur ?

Elle peut être ressentie aussi bien pour une situation très concrète (peur de l'accident de voiture avec l'apprenti Fangio) que pour quelque chose d'encore abstrait (peur d'être quittée par son compagnon, par exemple). Un point commun à toutes ces situations : la peur intervient lorsque l'on anticipe la possibilité d'une suite négative à ce que l'on est en train de vivre.

 

La tristesse. Vous avez perdu la bague que votre maman vous avait donnée et à laquelle vous teniez temps ou alors vous vous êtes pris une veste monumentale auprès de celui que vous chérissiez en secret depuis des semaines. Passée la colère, la honte ou la stupeur, c'est de la tristesse que vous ressentez. Tristesse d'avoir perdu quelqu'un ou quelque chose qui vous était précieux. La tristesse est une émotion qui survient en second lieu, après le premier choc de la mauvaise nouvelle, quelle qu'elle soit. C'est elle qui fait surgir les larmes, parfois salvatrices, d'autres fois dévastatrices.

 

Sommaire