Apprenez à maîtriser vos émotions Comment gérer ces émotions au quotidien ?

Vous ne pourrez jamais vous débarrasser de vos émotions. Et c'est une bonne chose, à moins que vous ne souhaitiez devenir une sorte de robot incapable du moindre frémissement. Mais vous pouvez apprendre à les contrôler dans la façon de les exprimer, pour les rendre fonctionnelles et utiles au quotidien.

 

Plusieurs solutions s'appliquent à l'ensemble des émotions, expliquent Olivier Nunge et Simonne Mortera dans leur ouvrage "Gérer ses émotions" (éditions Jouvence).

 D'abord il faut essayer de décrire le plus posément possible les faits pour reconnaître ensuite à quel type d'émotion on a affaire. Clarifier les choses va déjà vous rendre un peu de votre calme.

 La seconde étape consiste à essayer de comprendre pourquoi l'événement a déclenché telle ou telle émotion. La encore, cela devrait vous permettre de relativiser.

 La troisième étape est celle de l'acceptation : une fois qu'on a compris pourquoi on réagissait avec telle ou telle émotion à un événement particulier, on peut tirer un enseignement de cette expérience, afin qu'elle ne se reproduise pas dans de telles proportions.

Appeler à l'aide

 Prenez la colère, par exemple. Si vous êtes victime d'une injustice, vous allez forcément la ressentir. Prenez une grande inspiration et refusez d'y penser avant qu'un moment approprié survienne. Illustration : ce n'est pas une bonne idée d'en venir aux mains avec votre boss parce qu'il vous a refusé une augmentation pourtant bien méritée. Mais il est légitime que vous soyez en colère. Et pour l'exprimer, vous pouvez par exemple sortir faire une pause-café et déverser votre colère en paroles désagréables dans les oreilles d'un collègue bienveillant. Ou encore, si vous en avez l'occasion, sortez faire une promenade et criez tout votre saoul. Défoulement assuré !

 Pour la peur, c'est un peu plus compliqué. Cette émotion est particulièrement difficile à contrôler, d'autant qu'elle est parfois irrationnelle. Au quotidien, la solution la plus rapide consiste donc à éviter ce qui, chez vous, provoque la peur. Vous n'aimez pas être en voiture ? Tentez de privilégier les transports en commun. Vous êtes claustrophobe ? Montez et descendez les escaliers à pieds plutôt que de risquer l'attaque de panique dans l'ascenseur. Ce sont des solutions ponctuelles, mais elles peuvent vous éviter certaines frayeurs "prévisibles". Si vous n'en venez pas à bout toute seule, la meilleure solution consiste probablement à consulter un psychothérapeute pour vous soulager : thérapie comportementale cognitive, hypnose... Il existe de multiples traitements qui devraient vous aider à surmonter vos peurs. En ce qui concerne les peurs que l'on ne peut pas prévoir, l'idée est de garder son sang-froid afin de réagir le mieux possible face à une situation d'urgence. Plus facile à dire qu'à faire, mais vous pourrez également travailler là-dessus avec un thérapeute.  

Une bonne respiration peut également limiter les palpitations ou les tremblements. Un moyen facile de se relaxer un peu.

 La tristesse fait généralement partie d'un processus de deuil. L'idée n'est pas de s'en séparer mais de la rendre supportable. Cela semble facile à dire, moins facile à réaliser, mais il faut tenter de la relativiser : vous avez perdu quelqu'un/quelque chose, d'une façon ou d'une autre, mais votre vie est encore pleine d'autres éléments, qui valent également la peine d'être vécus. Bien sûr, tout cela est loin d'être aussi simple et s'il s'agit d'une tristesse profonde ou durable, il ne faut pas hésiter à consulter un thérapeute, qui saura vous guider dans votre démarche.  

 La honte demande elle aussi à être relativisée. Honte par rapport à quoi, d'abord ? Vous avez fait une bourde, et alors ? Tout le monde commet des erreurs, non ? Pas de quoi en faire tout un fromage. Avec un peu de recul, vous en rirez vous aussi. S'il s'agit d'une honte plus ancrée (de votre corps, de votre passé, de votre absence de réussite sociale...), là encore vous devrez peut-être faire appel à une professionnel pour qu'il vous apprenne à relativiser et à reprendre confiance en vous. Le regard des autres ne doit pas être si important.

 

Sommaire