Qui dit rentrée, dit retour des poux

A la veille de la rentrée des classes, une étude épidémiologique réalisée par Celtipharm montre que les poux sont déjà là.

Qui dit rentrée, dit retour des poux
© Robert Kneschke

Les poux, ou le cauchemar de tous les parents, n'ont pas attendu la rentrée pour s'inviter sur les têtes de nos bambins. Eh oui, contrairement à une idée reçue, ce n'est pas en période scolaire que les poux prolifèrent le plus, mais pendant les vacances scolaires, avec un pic épidémique attendu quelque jours avant la rentrée des classes. "Cette année, comme les années précédentes, l'épidémie a débuté à la fin du mois de juin, elle s'est d'abord répandue dans l'ouest et le sud de la France, et est désormais en passe de s'étendre à tout le pays", explique Vincent Auvigne, un épidémiologiste qui a réalisé un cartogramme de la progression quotidienne de l'épidémie de poux en s'appuyant sur les achats de produits anti-poux dans près de 5000 pharmacies. Si la période estivale est propice à la transmission de ces parasites suceurs de sang, c'est parce qu'ils peuvent s'attraper partout où les enfants se retrouvent : dans les centres aérés, les colonies de vacances, mais aussi les résidences de vacances ou encore les parcs à thèmes. Mais c'est surtout "la baisse de vigilance des parents" qui explique la prolifération des poux pendant les mois d'été, selon Vincent Auvigne. 

Par précaution, n'attendez donc pas la rentrée pour inspecter la tête de vos enfants. Un petit passage chez le coiffeur peut aussi être utile. Transparents lorsqu'ils sont à jeun, les poux se colorent en grisâtre lorsqu'ils sont repus. Ainsi visibles à l'œil nu, ils ne sont cependant pas faciles à attraper. Heureusement les produits anti-poux, lotions et autres shampoings sont là pour prêter main forte aux parents ! 

Lire aussi