Ce qu'il faut faire (ou pas) en cas de perte de cheveux Il faut s'inquiéter et consulter vers 40 ans

pensez à consulter lorsque la perte devient visible ou si l'alopécie est
Pensez à consulter lorsque la perte devient visible ou si l'alopécie est familiale. © ArTo - Fotolia

 C'est faux.

Il ne faut pas attendre que les derniers cheveux tombent pour consulter. Le mieux est de consulter précocement : dès que les cheveux deviennent moins toniques, perdent de leur force et de leur densité. La perte de cheveux, ce n'est pas une question d'âge.

Pour les hommes, le dermatologue est le médecin le plus formé pour répondre aux problèmes de perte de cheveux ou d'hérédité, notamment lorsque c'est hormonal.

Si vous craignez l'hérédité capillaire de votre père qui a perdu ses cheveux dès 35 ans, par exemple, consultez le dermatologue dès les premiers signes.

Il existe des centres non médicaux spécialisés dans la perte des cheveux. Ils peuvent être utiles pour masquer la perte mais pas forcément pour traiter la cause de la perte capillaire. Seul un médecin peut prescrire les traitements efficaces (Androcur, Finastéride) et apporter une solution personnalisée.

Les compléments alimentaires vendus sont disponibles sans ordonnance mais sont surtout utiles avant la perte. 

Enfin, pour les femmes, le problème étant le plus souvent hormonal, le mieux est de consulter son gynécologue qui sera le plus à même de prescrire le traitement adapté, en fonction des résultats d'analyse. En cas d'alopécie héréditaire, le dermatologue pourra lui aussi être consulté.

Sommaire