Brûlures : bien réagir pour limiter les séquelles En urgence : l'eau froide, LA priorité

Lorsqu'on reçoit un bol d'eau bouillante sur les genoux ou qu'une flamme vient nous lécher le bout des doigts, la peau continue de brûler même lorsque l'incident est "terminé". C'est pourquoi, le geste primordial, celui à effectuer de toute urgence, avant même d'appeler les secours, c'est de refroidir la plaie. Ainsi, la combustion va s'arrêter plutôt que de se propager aux tissus avoisinants.


Pour ce faire, une seule solution : passer la brûlure sous un jet d'eau froide pendant plusieurs minutes. On recommande en général de laisser couler une eau à 10-15 degrés, en continu, pendant une dizaine de minutes. Cette technique présente également l'avantage d'avoir un effet antalgique, la douleur diminuant avec le froid.


Quelques principes à respecter tout de même :

 Cette technique peut s'appliquer à presque tous les cas de brûlures, à deux exceptions près. Si la brûlure est très étendue, il faut privilégier une eau plutôt tiède, sinon le refroidissement du corps serait trop important. De même s'il s'agit d'une brûlure électrique, assurez-vous en premier lieu que plus aucun objet électrique n'est à proximité de la victime ni de vous-même. Ce n'est pas le moment de s'électrocuter.

 Si la victime a été brûlée à travers ses vêtements, ne les lui retirez pas, vous risqueriez d'arracher sa peau en même temps. Passez-là sous l'eau froide toute habillée. Les médecins se chargeront alors de lui retirer ses vêtements. Même consigne dans le cas où ces derniers auraient fondu sur lui. Recommandation identique lorsque c'est un objet qui a brûlé et qui est resté collé à la peau.


Pensez également à éloigner le danger. Barbecue, casserole contenant un liquide bouillant, feu de cheminée... Bien souvent la source de la brûlure ne s'est pas éteinte avec l'accident. Préoccupé par la victime, vous risquez d'être encore moins attentif et, éventuellement, de vous blessez vous-même. Il est donc important d'éliminer rapidement cette source de danger.

Sommaire