Acné : quand l'entourage minimise, les ados trinquent Le dermato : l'étape obligatoire

peu importe la quantité de boutons, s'il votre ado se plaint et qu'il est
Peu importe la quantité de boutons, s'il votre ado se plaint et qu'il est perturbé par son acné, prenez rendez-vous avec un dermatologue. © JPC PROD - Fotolia.com

L'acné est une pathologie qui se voit. Inesthétique, elle contraint les personnes qui en sont affectées à mettre en place des stratégies d'évitement : elles se cachent ou tentent de camoufler leurs lésions, par exemple en utilisant un maquillage parfois inadapté quitte à aggraver l'acné.

Attention aux cicatrices. Et tout le problème de l'acné, c'est que si l'on ne fait rien, des lésions parfois profondes apparaissent jusqu'à laisser des cicatrices. Des cicatrices le plus souvent irréversibles ou en tout cas difficiles à effacer malgré les progrès techniques en dermatologie esthétique. En revanche, prévenir leur apparition est possible, à condition d'être pris en charge par un dermatologue le plus tôt possible.

L'acné sévère nécessite systématiquement une prise en charge par un dermatologue. Comment se déroulent les consultations ? D'abord, le dermatologue catégorise l'acné (mineure, sévère...) et évalue les conséquences psychologiques et sociales qu'elle engendre. Par exemple, dans le cas d'un adolescent, il s'agit de noter tous les effets collatéraux qu'a l'acné : chute des résultats scolaires, isolement social, arrêt des loisirs, etc. "Il faut savoir que 15 % des acnéiques ont des idées noires", précise le dermatologue. Le traitement mis en place par le spécialiste tient donc compte à la fois de la sévérité objective de l'acné et du retentissement psychologique qu'elle engendre. "On ne traite pas l'acné, on traite des patients avec des profils spécifiques."

Sommaire