Sylvie : "J'ai découvert ma rosacée en buvant un verre de champagne"

A l'approche de la quarantaine, Sylvie se sent rougir plus qu'à son habitude. Elle s'aperçoit que de petits vaisseaux rouges apparaissent sur ses joues. Son dermatologue lui apprend qu'elle est atteinte de rosacée.

Sylvie : "J'ai découvert ma rosacée en buvant un verre de champagne"
© akz - 123 RF

A quoi ressemble la rosacée ? Comment se détecte-t-elle et se traite-t-elle ? Sylvie a appris qu'elle était atteinte de rosacée à 40 ans. Elle nous raconte comment elle vit avec cette maladie. 

Comment avez-vous découvert que vous étiez atteinte de rosacée ?

J'avais presque 40 ans quand j'ai appris que j'avais cette maladie. Au début, je rougissais souvent sans m'en inquiéter. Puis les rougeurs sont devenues constantes. Un soir, je buvais une coupe de champagne et j'ai commencé à avoir des papules (boutons de la rosacée) de part et d'autre du nez. Je suis allée consulter mon dermatologue qui m'a dit qu'il s'agissait de la rosacée.

Comment se manifeste la maladie ? 

C'est une maladie de peau due à la circulation du sang qui atteint les vaisseaux sanguins du visage. Les rougeurs se situent au niveau des joues et peuvent aller jusqu'à provoquer des boutons, rouges eux aussi. Cela ne ressemble pas du tout à de l'acné.

Comment vivez-vous cette maladie au quotidien ?

C'est très stigmatisant parce que ces rougeurs évoquent un des signes de l'alcoolisme. Cette maladie peut avoir des conséquences psycho-affectives importantes. Lorsqu'on cherche du travail avec les joues rouges, cela ne met pas en confiance la personne en face ! Je suis assez coquette et c'était très désagréable de voir mon visage changer. D'autant que j'ai la peau claire, cela se voit beaucoup. Mais je ne suis pas atteinte du stade le plus grave et je me traite, donc j'apprends à vivre avec.

Votre dermatologue vous a prescrit un traitement pour la rosacée ?

Oui, par chance la médecine progresse sur le sujet. Mon dermatologue me prescrit une crème qui me sauve la vie. Je l'applique chaque jour, ce qui permet de stabiliser la maladie et d'éviter les rougeurs dues aux vaisseaux dilatés dans mes joues. Mais je sais que la rosacée ne se guérit pas et que je l'aurai toute ma vie. 

Avez-vous des solutions annexes pour mieux vivre avec ?

Avant je ne me maquillais pas beaucoup, depuis que j'ai la rosacée j'applique davantage d'anti-cernes sur mes rougeurs pour les camoufler. C'est très efficace, on ne voit plus rien ! J'évite les facteurs aggravants, comme les grosses variations de températures ou l'alcool qui dilate les vaisseaux. Je protège ma peau au soleil, j'ai une bonne hygiène de vie, je ne mange pas de graisses saturées. Mais j'ai remarqué que le stress joue beaucoup sur ma rosacée, quand je suis contrariée, j'ai une poussée de rougeurs. Mais je vis très bien avec ma rosacée dont j'arrive à maîtriser les effets la plupart du temps. 

Lire aussi