Vrai/Faux : 5 idées reçues sur la rosacée

Cette maladie dermatologique, qui touche les petits vaisseaux du visage est fréquente et gênante. Et parce qu'elle donne les joues rouges, elle peut avoir des conséquences psycho-affectives importantes. Conseils de la dermatologue Nina Roos.

Vrai/Faux : 5 idées reçues sur la rosacée
© Dean Drobot - 123 RF

La rosacée est une maladie de peau qui provoque des rougeurs sur les joues et le nez dues à une dilatation des vaisseaux sanguins. D'après la dermatologue Nina Roos, auteure de Une peau en pleine forme aux éditions Solar, environ 5% de la population française serait touchée. Difficile à vivre socialement, encore impossible à guérir totalement, la rosacée se traite pour faire diminuer voire disparaître les symptômes.

La rosacée est de l'acné pour adultes : FAUX

"La rosacée n'a rien à voir avec l'acné. C'est une pathologie chronique qui a trois causes. Une cause vasculaire : les grandes veines de la tête dysfonctionnent et les petits vaisseaux du visage se dilatent, ce qui crée des rougeurs sur les joues et le nez. Une composante inflammatoire : les cellules du systèmes immunitaire provoquent une inflammation. Et une composante microbienne : il y a un déséquilibre de la flore cutanée, les bactéries normalement présentes sur la peau, le sont en trop grande quantité."

La rosacée est une maladie féminine : FAUX

"En moyenne dans mes consultations de dermatologie pour la rosacée, il y a 80% de femmes. Mais cela ne veut pas dire que les femmes soient plus touchées que les hommes, simplement elles consultent plus facilement. Par contre, on remarque que cette maladie de peau touche davantage les personnes à la peau claire. Elle touche à peu près 10% de la population nordique, et 5% de la population française. Elle se déclare en général autour de trente ans."

La rosacée peut être aggravée par une mauvaise hygiène de vie : VRAI

"La peau est un organe hyper réactif et sensible à l'univers qui l'entoure. Comme la rosacée se place sur la peau, elle peut être aggravée par un trop plein de soleil ou des changements de température brutaux. Mais aussi par la pollution. Ou encore, par un dérèglement hormonal, la fatigue, le stress chez certaines personnes. Une bonne hygiène alimentaire, en évitant les aliments qui provoquent une inflammation dans l'organisme (graisses saturées) ou qui aggravent les rougeurs (épices) est essentielle. Enfin, l'alcool qui dilate les vaisseaux a tendance à augmenter les effets de la rosacée. En faisant attention à ces facteurs et en se soignant, la rosacée peut radicalement diminuer."

C'est une maladie dont on ne guérit pas : VRAI

"La rosacée ne se guérit pas car on ne sait pas comment traiter les problèmes sanguins de la tête. Mais c'est une maladie qui se soigne, avec des solutions différentes selon le stade. Elle peut aller des simples rougeurs occasionnelles (le "flush",) aux rougeurs permanentes (couperose), et il est possible de développer des boutons. Mais une fois traitée, la rosacée s'atténue sans problème. On peut avoir recours au laser pour faire disparaître les petits vaisseaux voyants du visage."

La rosacée est une maladie douloureuse : VRAI et FAUX

"Certaines patientes rapportent des sensations de brûlures et de tiraillement de la peau. Mais il s'agit plus d'un inconfort que d'une vraie douleur, car nous traitons la rosacée avant d'en arriver là. Cela dit, la maladie est douloureuse au niveau de l'image et donc au niveau social. Vivre en permanence avec un symptôme qui évoque les signes de l'alcoolisme est très compliqué. Mes patientes me rapportent souvent leur difficulté à gérer le regard des autres, et la baisse de moral qui l'accompagne."

"La rosacée est connue depuis l'Antiquité. Au Moyen-Âge, elle était soignée de façon assez brutale par des techniques de pompage du sang sur les zones concernées, via des saignées ou des sangsues. Imaginez à quel point les symptômes devaient être gênants pour que les patients acceptent de se faire traiter de façon aussi rude. Une chose est sûre, ce n'était pas pour des raisons esthétiques !"

Lire aussi