La tendance des masques anti-points noirs inquiète

Ces masques à base de charbon et de colle populaires sur les réseaux sociaux et distribués via les plateformes de vente en ligne peuvent provoquer des brûlures.

La tendance des masques anti-points noirs inquiète
© Darya Petrenko - 123 RF

Connaissez-vous les masques noirs, cette nouvelle tendance beauté qui fait la chasse aux points noirs comme jamais ? Avec un tel succès que les tutos masques noirs anti-points noirs et autres vidéos YouTube ont envahi les réseaux sociaux. On peut y trouver les meilleures recettes maison des blogueuses beauté, généralement à base de charbon et de colle forte… Si les résultats semblent être bluffant, et en tout cas plus efficaces que les patchs et autres masques classiques, ils ne répondent à aucune réglementation d'étiquetage et peuvent donc présenter des risques pour la peau.

De nombreuses réactions d'utilisateurs – irritations, brûlures ou encore allergies – ont d'ailleurs été signalées. Dans les vidéos, on peut d'ailleurs voir des testeuses hurler de douleur et même pleurer au moment de retirer leur masque. La fédération des entreprises de la beauté (FEBEA) a donc décidé de se procurer les produits les plus populaires pour vérifier la conformité des étiquetages. Dans un communiqué de presse, publié le 20 avril, sa conclusion est sans appel : "Aucun des produits reçus n'est conforme à la réglementation européenne en ce qui concerne l'étiquetage. De plus, des incohérences ont été relevées entre la liste des ingrédients et les informations portant sur la durée de vie du produit. Enfin, aucun de ces produits, pourtant achetés sur un site français, ne sont étiquetés en français, ce qui est pourtant obligatoire. Ces trois produits seraient fabriqués en Chine." La FEBEA précise qu'elle a immédiatement alerté les autorités sur le fait que, concernant ces trois produits, ni les fabricants ni les distributeurs ne respectent leurs obligations et que cela peut avoir de graves conséquences sur la santé des consommateurs.

Comment reconnaître les produits autorisés ?
Face à ce nouveau marché parallèle, on comprend que les professionnels des cosmétiques ont tout intérêt à dénoncer ces dérives. D'ailleurs la FEBEA précise que pour traiter les points noirs, "il existe une large gamme de soins cosmétiques purifiants", et qu'il faut prendre soin "de se référer à des marques de référence sur le territoire français". Elle conseille à juste titre aux consommateurs d'être vigilants en vérifiant que les informations sur l'emballage sont en français, qu'il existe bien une liste des ingrédients, un numéro de lot ainsi que le nom et l'adresse de la personne responsable (qui est généralement une entreprise).

Lire aussi