Epilation, lipolyse… Des risques d'inflammation et de brûlures

L'Agence nationale de sécurité sanitaire recommande d'encadrer davantage l'utilisation des appareils à visée esthétique (épilation, amincissement) et de mieux informer quant aux effets indésirables.

©  puhhha - 123 RF

Avec le développement de nouveaux appareils lasers, de la lumière pulsée intense, des ultrasons, du froid ou encore des radiofréquences, les soins esthétiques sont en plein essor. Les actes d'épilation définitive et de lipolyse sont aujourd'hui effectués à l'aide d'appareils destinés à des professionnels, dans des cabinets médicaux ou des instituts de beauté. Mais le problème, souligne l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'environnement (Anses), est que divers opérateurs sont amenés à les utiliser, avec des niveaux de formation "disparates".

Par ailleurs, la pratique de l'épilation à l'aide d'appareils à usage domestique, essentiellement au moyen de lumière pulsée intense, est en forte croissance. Ceci pose la question des risques liés à leur utilisation par des usagers, par définition non formés.

Quels sont les risques ? L'Anses qui a réalisé une expertise dont les conclusions viennent d'être publiées, rapporte des effets indésirables "légers" avec les dispositifs d'épilation et de lipolyse. Dans le premier cas, il s'agit le plus souvent de "réactions inflammatoires immédiates, localisées, de faible intensité et de faible durée". A noter que "des troubles pigmentaires, plus tardifs", sont observés, mais moins fréquemment. Des "sensations de brûlures et des douleurs modérées pendant les séances", qualifiées par les experts d'effets indésirables légers, sont également rapportées. Enfin, ils notent après des usages inadaptés des appareils, des "brûlures cutanées profondes et des brûlures oculaires". Dans le cas de la lipolyse, les effets indésirables rapportés les plus fréquents sont "des inflammations importantes et des douleurs". De plus, en cas d'utilisation de diode laser, de cryolipolyse ou de massages mécaniques, peuvent également survenir, plus rarement, "des cas d'hyper- ou hypopigmentation transitoire, d'acné ou de croûtes". La cryolipolyse entraîne en outre des effets secondaires immédiats, comme des érythèmes, des œdèmes et douleurs, mais ces effets régressent spontanément en quelques heures.

Dans un contexte d'augmentation de la demande d'actes esthétiques et alors que l'efficacité de certains de ces appareils ne sont pas démontrés, l'Anses préconise donc un encadrement plus strict de ces activités. Selon l'agence, elles devraient répondre aux mêmes exigences que les dispositifs médicaux afin de garantir des niveaux d'efficacité et d'innocuité satisfaisants. Par ailleurs, les personnes devraient être obligatoirement informées des risques auxquels exposent les soins esthétiques.

Lire aussi