Une nouvelle molécule anti-mélanome a été synthétisée

Une équipe de recherche niçoise a synthétisé une molécule capable d'altérer la viabilité des cellules de mélanome. Nommée HA15, elle serait aussi efficace sur d'autres types de cancers.

© goodluz - 123RF

Des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ont mis au point de nouvelles molécules capables d'induire la mort des cellules de mélanome. L'une d'entre elle, nommée HA15, serait également efficace contre d'autres cancers. 

Menée par Stéphane Rocchi, l'équipe niçoise a découvert qu'une famille de molécules, appelées les thiazoles benzensulfonamides (TZB), possèdent des propriétés anti-cancéreuses. Au départ, ces molécules étaient utilisées pour le diabète de type 2 car elles augmentent la sensibilité à l'insuline. "Si nous voulions l'utiliser contre le cancer, il fallait pouvoir éliminer cette activité pro-insuline", explique Stéphane Rocchi. S'ensuit alors une collaboration avec l'équipe du Dr Benhida de l'Institut de Chimie de Nice afin de synthétiser des molécules anti-mélanome, dont HA15. Lorsqu'elle est injectée dans le tissu tumoral, HA15 induit une mort cellulaire des cellules cancéreuses sans pour autant avoir d'effet toxique sur les cellules saines. Son efficacité a été observée chez des souris, où elle induisait une diminution du volume tumoral, ainsi que sur des biopsies de mélanomes humains.

HA15 serait aussi efficace contre d'autres types de cancers. La molécule a été testée sur des lignées de cellules issues d'autres cancers comme le cancer du côlon, du pancréas, du sein ou encore de la prostate, et s'est montrée aussi efficace que sur les cellules de mélanome. "Le but ultime de ce projet est d'utiliser ces nouvelles molécules dans le traitement du mélanome et plus généralement dans d'autres types de cancers", affirme Stéphane Rocchi, qui espère pouvoir prochainement débuter un essai clinique de phase 1.

Le mélanome est une forme très agressive de cancer de la peauEn France, l'Institut national français du cancer (Inca) fait état de 14 325 cas de mélanomes de la peau pour l'année 2015 et de 1773 décès. Le facteur de risque majeur est l'exposition aux rayons UV (A et B), que ce soit via une exposition directe au soleil, ou par des cabines de bronzage. Les cancers de la peau ont parfois l'apparence d'un grain de beauté dont la forme et la couleur évoluent. Néanmoins, ils peuvent se manifester sous d'autres formes (boutons notamment), il ne faut donc pas uniquement surveiller les grains de beauté

Ci-dessous, une animation illustrant l'action de HA15 : 

Lire aussi