Anneau gastrique : "Le jeu en vaut la chandelle" "Heureusement, j'ai vu la diététicienne très vite après l'intervention"

"L'opération a eu lieu sous anesthésie générale et sous cœlioscopie. Quatre ou cinq petites cicatrices (je ne les ai pas comptées...) mais aucune réaction douloureuse dans les jours qui ont suivi. Seule l'appréhension d'ingurgiter des choses solides s'est installée. On m'avait fait tellement peur en me disant que je risquais d'avoir des rejets, de m'étrangler, que j'y suis allée tout doucement pour reprendre une alimentation digne de ce nom, c'est-à-dire autre chose que du bouillon...

Je suis sortie de l'hôpital trois jours après l'opération. J'avais faim, c'était terrible. Mon moral était au plus bas. On m'avait dit que la sensation de faim n'apparaissait plus ou peu après une gastroplastie et voilà que je crevais de faim au point de me jeter sur mes bols de soupe comme une névrosée lorsque les repas arrivaient. Pour moi, j'allais droit à l'échec. Heureusement, j'ai vu la diététicienne très vite après l'intervention. Nous avons mis au point, elle et moi, un protocole alimentaire qui m'a aidée à combattre cette sensation de faim qui m'était devenue insupportable au fil des années. Le fait d'introduire une alimentation solide dans les semaines qui ont suivi a contribué à faire disparaître la faim telle que je la connaissais depuis 30 ans."

Sommaire