Les résultats de notre enquête "Régime Dukan : et après ?" Une enquête qui confirme l'absence de miracle

Près de 5 000 personnes ont répondu à cette enquête sur l' "après Dukan". Plusieurs experts en endocrinologie et en nutrition livrent leur analyse de ces résultats. Que vous inspirent ces premiers résultats ?

dr boris hansel.
Dr Boris Hansel. © L'Internaute Magazine / Cécile Debise

Dr Boris Hansel : D'abord, je trouve cette enquête particulièrement intéressante parce qu'elle est la première à porter à la fois sur un nombre aussi important de répondants et à mesurer la reprise de poids à long terme des personnes qui ont suivi ce régime populaire.

Ensuite, trois éléments attirent mon attention.

 La plupart des gens qui ont répondu à l'enquête ont suivi ce régime il y a moins de deux ans. Cela laisse supposer que ceux qui l'ont suivi il y a plus longtemps ont quelque réticence à répondre.

 Par ailleurs, on retrouve ce que suggère déjà la littérature médicale avec les régimes restrictifs en général. La première année, seul un tiers des répondants déclare avoir repris le poids perdu. Il y a donc une efficacité à court terme. En revanche, au-delà de trois ans, cette tendance s'inverse : 80 % des répondants ont repris le poids perdu.

 Ce qui est également notable c'est la raison invoquée pour expliquer la reprise de poids : les répondants qui ont repris le poids perdu déclarent en majorité leur incapacité à suivre le régime jusque dans sa phase de stabilisation. Cela pourrait témoigner d'un sentiment de culpabilité engendré par l'échec du suivi du régime, beaucoup pensant que c'est de leur faute s'ils ont repris le poids perdu.

Compte tenu de la méthodologie de cette enquête, même si elle fournit des indications intéressantes, il faut rester vigilant sur l'interprétation de ces résultats qui plaident pour la mise en place d'une étude scientifique randomisée.

pr monique romon.
Pr Monique Romon. © DR

Pr Monique Romon : La plus grande difficulté lorsqu'on veut perdre du poids, c'est de maintenir cette perte de poids dans le temps.

On le voit dans ces résultats, qui confirment exactement ce que l'on peut observer, quelle que soit la méthode de perte de poids, avec le régime Dukan, comme avec tout autre régime. En plus des régimes, j'ajouterais aussi la chirurgie de l'obésité. Contrairement à ce que les gens pensent souvent, même après une intervention chirurgicale, il est très compliqué et difficile de maintenir une perte de poids.

Retentissement psychologique

Comment expliquer que, malgré leur échec, 1/3 des personnes interrogées soient prêtes à recommencer le régime Dukan ?

Dr Boris Hansel : L'obésité a un retentissement physique mais aussi psychologique et social. Il est donc logique qu'on cherche un traitement efficace à court terme. Il est tentant de suivre ce type de régime bien écrit, populaire et qui marche rapidement. Alors que remettre en question son mode de vie, c'est long, difficile et les effets sont moins spectaculaires. Ce n'est pas la faute des gens, c'est humain.

Notre travail, à nous spécialistes, est d'être à l'écoute des patients et de leur proposer un suivi adapté. Quand une perte de poids importante est nécessaire, il faut consulter un expert de l'obésité. Quand il s'agit de perdre quelques kilogrammes pour éviter les maladies chroniques, il faut éviter les régimes restrictifs et proposer un changement raisonnable des habitudes de vie en insistant particulièrement sur des activités physiques adaptées. Cela permet souvent, avec une perte de quelques centimètres de tour de taille, de rester en bonne santé.

Sommaire