Surpoids et obésité touchent plus d'un adulte sur trois dans le monde

L'obésité explose. En particulier dans les pays en développement, souligne un groupe d'experts indépendants britanniques.

Surpoids et obésité touchent plus d'un adulte sur trois dans le monde
© viperagp - Fotolia.com

1,46 milliard de personnes sont en surcharge pondérale dans le monde, a indiqué vendredi un rapport publié par The Overseas Development Institute. Le groupe d'experts britanniques, qui appelle les gouvernements à agir, souligne que le pourcentage de personnes affichant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25, limite au-delà de laquelle les gens sont considérés en surcharge pondérale, est passé de 23 % à 34 % entre 1980 et 2008. De plus, dans les pays en développement, le nombre de personnes en surpoids et d'obèses a presque quadruplé entre 1980 et 2008, passant de 250 à 904 millions de personnes. Dans les pays à hauts revenus, la population en surcharge pondérale ou obèse a été multipliée par 1,7 pendant la même période, passant de 321 à 557 millions de personnes. "Ce qui a changé c'est que la majorité des gens en surpoids ou obèses se trouvent aujourd'hui dans les pays en développement plutôt que dans les pays développés", souligne le rapport. Et la conséquence directe de l'obésité, c'est l'augmentation des maladies chroniques : diabète, accidents cardiovasculaires, mais aussi cancers. À l'échelle mondiale, 44% du diabète, 23% des cardiopathies ischémiques et 7 à 41% de certains cancers peuvent être imputés au surpoids et à l'obésité, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). La surcharge pondérale et l'obésité sont le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial et au moins 2,8 millions d'adultes en meurent chaque année. 
Actuellement les Etats-Unis arrivent en tête du classement : 70 % des adultes américains sont en surcharge pondérale. Au Royaume-Uni, 64% des adultes sont obèses ou en surcharge pondérale. Globalement 58% des Européens sont dans le même cas. L'Amérique latine, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient ayant un taux équivalent. L'étude note également que la proportion de Mexicains et de Chinois concernés a presque doublé entre 1980 et 2008. "Le manque d'action est frappant comparé aux interventions publiques concertées menées pour limiter le tabagisme dans les pays développés", juge le rapport. L'OMS confirme que l'obésité, autrefois réservée aux pays à revenu élevé, existe aussi désormais dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. 

Rappelons que l'IMC correspond au poids divisé par le carré de la taille. Le chiffre obtenu permet d'estimer la corpulence et éventuellement le surpoids ou l'obésité chez l'adulte. Un IMC normal est compris entre 18,5 et 25. Au-dessus de 25, c'est du surpoids. A partir de 30, on parle d'obésité.
L'obésité est généralement le résultat d'un déséquilibre entre les calories consommées et les calories dépensées. Une plus grande consommation d'aliments très caloriques, sans une augmentation correspondante de l'exercice physique, conduit à une prise de poids dangereuse pour la santé, rappelle l'OMS.
A l'heure des bonnes résolutions, chacun peut veiller à conserver un poids normal grâce à une alimentation limitant les graisses saturées, la consommation de sucre et de sel. En privilégiant une alimentation riche en fruits et légumes, en légumineuses et en céréales complètes. Mais aussi en pratiquant une activité physique régulière d'intensité modérée : au moins 30 minutes presque tous les jours, permet de réduire le risque de maladie cardio-vasculaire, de diabète, de cancer du côlon et de cancer du sein. 

Lire aussi