Obésité : les bactéries de l'intestin protègent de la prise de poids

Les personnes dont la flore intestinale est moins développée ont un risque accru de développer des complications liées à l'obésité.

Obésité : les bactéries de l'intestin protègent de la prise de poids
© JPC-PROD - Fotolia.com

Les bactéries ne nous rendent pas toujours malades ! Et pour cause : notre corps est rempli de bactéries sans lesquelles nous ne pourrions pas digérer ou nous protéger de bactéries plus agressives. Elles sont indispensables à notre survie et à notre bonne santé. Mais nous ne sommes pas tous égaux, certains individus ayant une flore intestinale (ou microbiote) plus riche en bactéries que d'autres. Et il semblerait que cela ait un impact sur l'obésité. En comparant deux groupes de personnes, l'un avec une flore intestinale riche en bactéries et l'autre une flore intestinale pauvre en bactéries, des chercheurs de l'Inra et d'instituts de recherche nationaux ont ainsi découvert que les personnes du second groupe avait un risque plus important de développer des complications liées à l'obésité : diabète de type 2, problèmes lipidiques, hépatiques, cardiovasculaires et peut-être certains cancers. Les résultats de deux études conjointes publiées ce 29 août dans "Nature" confirment ainsi que les variations bactériennes de notre organisme peuvent avoir des conséquences sur le développement de l'obésité, au même titre que la génétique et l'environnement. Au vu de ces premiers résultats encourageants, les chercheurs espèrent développer un test simple d'identification des personnes à risque. Par ailleurs, les auteurs de ces études ont montré qu'un régime riche en protéines et en fibres mais pauvre en lipides améliore la flore intestinale des individus pauvres en bactéries. Après 6 semaines de régime, ils ont en effet constaté une perte de poids et une amélioration des paramètres métaboliques (cholestérol et triglycérides). De quoi ouvrir la voie à de nouvelles recommandations en matière de prévention de l'obésité.

Source : communiqué de presse Inserm, 28/08.

Lire aussi