Sans gluten : la tendance qui embarrasse les malades Stars et sportifs vantent les bienfaits du "sans gluten"

jo-wilfried tsonga
Jo-Wilfried Tsonga © Michel Euler/AP/SIPA

Tapez "sans gluten" sur Internet et vous trouverez moult services et sites spécialisés pour répondre à vos besoins. On connaissait évidemment les recettes de cuisine et les boutiques en ligne garanties 0 % gluten. Voici maintenant des guides de restaurants pour manger sans gluten au plus près de chez soi, des salons de thé et même des hôtels spas grand luxe !

Bienvenue dans la "no gluten attitude". L'idée ? Remplir nos chariots de produits alimentaires estampillés "sans gluten" et dire adieu au pain, aux pizza, aux pâtes ou encore aux desserts, dont la farine serait responsable de tous nos maux digestifs.

De Gwyneth Paltrow à Victoria Beckham, de nombreuses stars vantent les mérites de la vie sans gluten. Mais c'est surtout le joueur de tennis Novak Djokovic qui joue le mieux son rôle de "parrain". Depuis qu'il a éliminé le gluten de sa vie et adopté une hygiène de vie nouvelle (pas d'alcool, un bon sommeil, de la méditation...), la carrière du joueur aurait été bouleversée. "Je ne parle pas seulement de ma carrière de joueur de tennis. Ma vie entière a changé. Vous pouvez parler de magie - il est certain que cela y ressemble, mais, en fait, il s'agissait simplement d'essayer différents aliments afin de trouver ceux qui me convenaient et d'intégrer ces découvertes à mon régime quotidien", confiait-il en 2012 au Figaro Sport.

Si les sportifs comme Djokovic ou encore Jo-Wilfried Tsonga adoptent un régime sans gluten, c'est parce que limiter le gluten, reviendrait à limiter sa consommation d'énergie. Ainsi, les sportifs qui mangent moins de gluten, conserveraient davantage d'énergie pour frapper dans les balles. "En réalité, l'idée selon laquelle le régime sans gluten améliorerait les performances sportives ne repose sur aucun fondement scientifique, commente le Pr Christophe Cellier, gastro-entérologue à l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris. C'est une tendance, pas un fait scientifique."

Sommaire