Lait : bon ou mauvais pour la santé ? Moins de cancers du côlon, plus de cancers de la prostate ?

 

On l'a vu dans la première partie, les produits laitiers semblent réduire de façon notable le risque de développer un cancer du côlon. Le problème, c'est qu'ils pourraient, par ailleurs, constituer un facteur de risque pour d'autres cancers, tels que ceux de la prostate ou des ovaires. Plusieurs études ont démontré un lien entre consommation de produits laitiers et augmentation du risque de cancer de la prostate. C'est notamment le cas d'une étude récemment publiée par des chercheurs de l'Université de Montréal, au Canada.

plusieurs études épidémiologiques semblent montrer un lien entre consommation de
Plusieurs études épidémiologiques semblent montrer un lien entre consommation de lait et augmentation du risque de cancer de la prostate. © endostock / Fotolia.com

Ainsi, l'étude a porté sur 394 personnes, dont la moitié avait reçu un diagnostic de cancer de la prostate. Les chercheurs ont mesuré la corrélation entre ce cancer et plus de 200 produits alimentaires. Ils ont ainsi réussi à démontrer que seuls les produits laitiers ont présentaient un lien positif avec ce cancer. "Si on consomme plus de 470 g par jour de produits laitiers, le risque d'être atteint de cancer de la prostate est deux fois plus grand qu'avec une consommation de l'ordre de 125 g", concluent les chercheurs.

Lien statistique établi

Si on regarde les résultats d'un peu plus près, on réalise qu'en réalité,  la corrélation n'est observable que pour le lait, qui compte pour plus de 400 g dans les 470 g évoqués. Il est possible, cependant, que les répondants aient sous-évalué leur consommation des autres produits laitiers parce qu'elle est moins régulière que celle du lait.

 

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer ce lien, parmi lesquelles celle de l'action du calcium sur la vitamine D. Il supprimerait un métabolite de la vitamine D qui, d'ordinaire, freine la progression des cellules cancéreuses. Mais cette explication est controversée et n'est pour l'heure qu'une hypothèse parmi d'autres.

Toutes les études ne montrent pas aussi clairement ce risque, mais le lien statistique a été confirmé, déclarait Walter Willet, responsable du département nutrition de l'Ecole de santé publique de Harvard, dans Le Monde du 19 janvier dernier. Il insistait alors également sur le fait que, pour les femmes, consommer trois portions de produits laitiers ou plus par jour pourrait augmenter le risque de cancer des ovaires, même si le lien n'est pas aussi clair que pour celui de la prostate.

Sommaire