La carte de France de l'obésité

Une étude dévoile le pourcentage de personnes obèses ou en surpoids dans les villes de France de plus de 100 000 habitants. C'est Aix-en-Provence la meilleure élève, tandis que Argenteuil compte le plus grand nombre de personnes obèses. Voir le classement.

La carte de France de l'obésité
© Dan Race - Fotolia.com

Une carte classant les villes de plus de 100 000 habitants en fonction du surpoids de leurs habitants vient d'être mise en ligne afin d'interpeller à ce sujet leur maire ou des candidats aux élections municipales. Parmi les 37 villes françaises de plus de 100 000 habitants, 30 totalisent plus de 40 % de personnes en surpoids, d'après les données de cette carte établie par la société Withings, qui commercialise des pèse-personnes connectés. Le classement a été calculé en utilisant un échantillon représentatif de 20 000 utilisateurs de balances et en utilisant des données santé Insee 2006 et de l'étude ObEpi sur l'obésité.
En top des villes les plus touchées par l'obésité, on trouve Le Havre et Argenteuil, confirmant un lien entre le surpoids et le milieu social. Paris et Aix-en-Provence, deux villes où les habitants sont les plus diplômés, apparaissent à l'inverse parmi les villes les plus "sveltes". Les régions comptant le plus de personnes en surpoids entourent l'Île-de-France : Haute-Normandie, Picardie, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Centre et Poitou-Charente. Dans ces régions, plus de 50 % des gens sont en surpoids, dont plus de 15 % d'obèses.
Mais cette étude met surtout en avant les initiatives prises par les villes en termes de prise en charge de l'obésité et du surpoids. Ainsi, Mulhouse, "ville aux revenus modestes", est plutôt bien classée. Mais "c'est une ville santé très branchée avec le programme national nutrition santé et une quinzaine d'initiatives, qui sont peut-être une raison de sa bonne performance", explique à l'AFP Alexis Normand, responsable du projet et du développement santé à Withings. En revanche, la ville de Strasbourg, qui a pourtant mis en place un dispositif de "sport sur ordonnance", demeure mal classée, même s'il est peut-être encore trop tôt pour observer les effets de cette initiative. 

Selon la dernière enquête nationale ObEpi, l'obésité augmente depuis 1997. De plus, la prévalence de l'obésité féminine tend à augmenter plus rapidement que l'obésité masculine.
La notion de surpoids dépend du calcul de l'indice de masse corporelle (IMC), qui est alors situé entre 25 et 30. Au-delà, on parle d'obésité, avec des répercussions psychologiques, sociales et bien sûr médicales. Surpoids et obésité favorisent en particulier les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Lire aussi