La junk-food, addictive comme la drogue ?

Troublante expérience que celle que viennent de mener deux chercheurs du Scripps Research Institute en Floride. Une nourriture bien grasse et bien calorique a provoqué chez des rats les mêmes réactions chimiques dans le cerveau que des drogues comme la cocaïne ou l'héroïne. Cette absorption de junk-food, au-delà de l'obésité qu'elle a provoquée, a détérioré le circuit de récompense, qui s'est mis à répondre de moins en moins, comme chez les rats soumis aux drogues dures. Par ailleurs, les chercheurs ont conditionné les rats à craindre un choc électrique quand une lumière rouge s'allumait. Ceux qui étaient nourris normalement ont toujours arrêté de manger pour s'éloigner dès que la lumière s'allumait, tandis que ceux nourris à la junk-food restaient et continuaient à manger ! Les animaux avaient perdu le contrôle de leurs habitudes alimentaires. Les chercheurs ont également constaté, dans le cerveau de ces rats, une diminution des récepteurs à dopamine, cette substance chimique libérée dans le cerveau lors d'expériences agréables. Le même phénomène est observé lorsqu'on prend de la drogue.