Jeûne du mois de Ramadan : bien manger

Quatrième pilier de l'islam, le jeûne du mois de Ramadan est une épreuve difficile pour le corps et l'esprit. Dérèglements hormonaux, troubles du sommeil, déshydratation, le jeûne a de multiples conséquences médicales. Néanmoins, il reste relativement bien supporté par les personnes saines. D'ailleurs, être malade, enceinte ou en période de règles sont des contre-indications au jeûne. Quelques simples conseils permettront de mieux s'adapter au jeûne pour éviter de traumatiser son corps. Tout d'abord, il est vivement conseillé de s'alimenter avant le lever du soleil afin de fournir à l'organisme un minimum de carburant. Les sucres à assimilation lente devront être privilégiés dans ce cas. A la rupture du jeûne par contre, ce sont les sucres rapides qu'il faudra consommer en priorité. D'ailleurs, la plupart des musulmans ont l'habitude de casser le jeûne par une tasse de lait sucré, une ou deux dattes, un thé bien sucré et/ou une chorba : bonne opération puisque tous ces aliments permettent à la fois de réhydrater le corps et de lui fournir des sucres assimilables rapidement.  Par contre, éviter de se jeter sur la nourriture et de trop manger car cela peut provoquer des maux de ventre.
Même topo pour le repas du soir : ne pas consommer trop de sucres (même si les bons desserts sont servis en abondance) et trop de graisses et éviter de trop se nourrir avant de dormir. Un couscous servi en proportion raisonnable avec un baklawa, le tout avec de l'eau en abondance, suffisent amplement. Bon ramadan !

Lire aussi :
Mois du ramadan : "sil est bien fait, le jeûne peut n'avoir aucune conséquence sur la santé".