Faut-il avoir peur de l'aspartame ? Des conflits d'intérêts et des manœuvres politiques en coulisse ?

Au fil de leurs investigations, le Dr Betty Martini, ancienne infirmière militant contre l'aspartame, et la journaliste Marie-Monique Robin ont chacune dévoilé, également, un volet politique de cette "Affaire Searle".

"Les conclusions ont changé et il semble désormais que l'aspartame soit considéré comme sûr"

Suite au rapport du comité d'experts qui avait été créé au sein de la FDA pour étudier, entre autres, les dangers potentiels de l'aspartame, l'organisme américain porte plainte contre la Searle en 1977 pour "rétention de données et fausse déclaration". Une première !

Sauf qu'un événement majeur va venir perturber le cours de la procédure. Donald Rumsfeld (oui, l'homme politique que l'on connait tous depuis son passage dans l'administration Bush Junior) est nommé PDG de la Searle cette même année. Il commence par débaucher le procureur de l'Illinois qui devait juger l'affaire et l'engage en tant qu'avocat pour la compagnie, avant de faire de même avec le suivant, qui avait entretemps laissé traîner l'affaire.

Entrée dans l'administration Reagan

En 1979, le FDA crée une commission d'enquête publique sur l'aspartame afin de relancer l'affaire. Les conclusions des scientifiques, rendues en 1980, sont sans appel : "L'utilisation de l'aspartame dans les aliments doit être interdite tant que la question de son éventuel potentiel cancérigène n'a pas été résolue par de nouvelles études."

 

Oui mais voilà : cette même année, Don Rumsfeld rejoint la toute nouvelle administration Reagan, tout en restant président de Searle. Quelle est sa mission au sein du gouvernement ? Restructurer le ministère de la Santé dont dépend la FDA ! C'est d'ailleurs lui qui nomme Arthur Hayes nouveau directeur de cette administration. Six mois plus tard, l'aspartame obtient son autorisation de mise sur le marché. Les conclusions ont changé et il semble désormais que ce "faux sucre" soit considéré comme sûr, contrairement à ce qui avait pu être supposé par le passé.

Sommaire