Faut-il avoir peur de l'aspartame ? Méthanol et phénylalanine : deux composés de l'aspartame qui font débat

parmi les composants de l'aspartame, le méthanol fait débat.
Parmi les composants de l'aspartame, le méthanol fait débat. © Nico Armbrust - Fotolia.com

Qu'y a-t-il donc dans cette petite sucrette blanche et ronde que vous faites tomber tous les matins dans votre café et dont le pouvoir sucrant est 200 fois supérieur à celui du sucre ? Regardons-y d'un peu plus près...

 L'aspartame est composé à 50 % de phénylalanine.  Cet acide aminé pose trois problèmes.

- D'abord, on estime qu'1 personne sur 16 000 souffre de phénylcétonurie : leur organisme n'est pas capable d'éliminer l'acide aminé tel que prévu. Il va donc s'accumuler dans le cerveau notamment et venir endommager les neurones de l'enfant (on est allergique dès la naissance), créant ainsi des troubles mentaux.

- Moins grave : consommée en grande quantité, la phénylalanine peut provoquer des troubles intestinaux type diarrhée. Elle est en effet connue pour ses propriétés laxatives.

- Mais, surtout, certains défenseurs des droits des citoyens dénoncent le potentiel cancérigène de cette substance, ainsi que de l'acide aspartique, entrant pour 40 % dans la composition de l'aspartame. La phénylalanine est présente à l'état naturel dans de nombreux aliments. Sauf que dans l'aspartame, elle n'est "accrochée" à aucune protéine et va donc se retrouver à l'état libre dans l'organisme. Or, à 30°C ou plus, elle se transforme en dicétopipérazine, ou DKP, une substance que certains scientifiques soupçonnent d'être cancérigène.

 Autre élément suspecté d'être néfaste pour la santé : le méthanol, qui représente 10 % de la composition de l'aspartame. Lui aussi est présent dans les aliments naturels comme les légumes, en grande quantité parfois. Mais il y est alors associé à de l'éthanol, qui contrecarre son effet nocif. Faute de quoi, il est transformé dans l'organisme en formaldéhyde, une substance reconnue comme étant cancérigène.

Sommaire