Repas de fêtes : profitez sans culpabiliser Au régime : profitez dans culpabiliser

Selon un sondage* récent, c'est à l'occasion des fêtes de fin d'année que les Français ressentent le plus un sentiment d'excès de nourriture. Et parmi ces répondants, même s'ils ont conscience de trop manger, ils sont 55 % à déclarer s'autoriser cet écart parce que cela reste exceptionnel, 35 % avouent "craquer" quand même et assument, tout en sachant qu'ils vont le regretter plus tard. 
Rassurez-vous mesdames
, "c'est une erreur de penser qu'un simple repas peut anéantir une perte de poids bien menée", nous explique la nutritionniste Béatrice Benavent-Marco. Bien sûr, si vous sortez d'un régime restrictif dans lequel l'organisme se trouve "en état de manque", il aura tendance à faire des réserves. C'est tout le problème de ces régimes et dont la conséquence est le fameux effet yoyo. Mais si vous suivez un régime alimentaire basée sur une alimentation équilibrée, pas d'inquiétude, ça ne le remettra pas en cause. "Au contraire, ce moment sera pour vous le moyen d'apprécier un bon moment à table et cela vous permettra de mieux tenir dans la durée votre perte de poids. En effet, ces instants où vous vous lâchez vous évitent toute la frustration retrouvée dans de nombreux régimes et qui insidieusement fait monter la pression jusqu'à ce que vous craquiez psychologiquement", note la nutritionniste. 
 Autorisez-vous ponctuellement des plats plus caloriques. Non seulement la prise de poids est au final faible, mais surtout c'est bon pour votre moral. Cela évite frustration et culpabilité et vous aide à perdre du poids durablement. 

Et si on prend des kilos ? Facile à dire. N'empêche que la balance affiche souvent des kilos en plus après les fêtes..." Ce poids est faussé par la rétention d'eau liée à des plats toujours plus salés qu'à l'habitude et par le poids des aliments ingérés et qui n'ont pas encore été évacués, explique Béatrice Benavent-Marco. C'est impressionnant mais transitoire, en reprenant une alimentation plus adaptée à ses propres besoins, ce poids est perdu dans les 2 ou 3 jours qui suivent."

*Etude Ifop/UPSA, novembre 2013.

Sommaire