Produits allégés : démêler le vrai du faux Allégés ? Oui, mais en quoi et comment ?

A l'heure où, plus que jamais, il faut être beau, mince et en bonne santé, les versions light ou allégées de divers produits alimentaires se multiplient et ont le vent en poupe auprès des consommateurs.

Apparus dans les années 1960 avec le lait écrémé, les produits allégés ne cessent aujourd'hui de se décliner dans toutes les versions. Aujourd'hui, on peut trouver plus de 600 références light dans un hypermarché. Les yaourts, le beurre, la crème fraîche et autres produits frais arrivent dans le peloton de tête.

Près de 25% des Français consomment ces produits sans toujours savoir ce qui se trouve dans ce qu'ils avalent. 25%, c'est également la limite à partir de laquelle un produit peut être appelé allégé. Plus simplement, cela signifie que pour pouvoir porter l'appellation "light", le produit en question doit être allégé de 25%, en matières grasse ou en sucres selon les cas, par rapport au produit de référence.

Les mentions "allégé", "light", et "à teneur réduite en" sont équivalentes. Par contre, l'étiquette doit indiquer exactement en quoi le produit est allégé et son produit de référence.

Et surtout, il faut faire attention à l'apport calorique et à celui en glucides (les sucres) et en lipides (le gras). Là seulement, il sera possible de constater le bénéfice au niveau calorique.

Sommaire