Les bienfaits de l'huile d'olive Une huile riche en oméga 9

Tout d'abord, comme tous les produits d'origine végétale, elle ne contient pas de cholestérol. Ensuite, elle est composée de différents acides gras, oméga 3, 6 et 9 notamment. Ces omégas font tous partie de la famille des acides gras insaturés (on retrouve les acides gras saturés dans les produits d'origine animale : viande, beurre, lait, etc.).
Les oméga 3 et 6 appartiennent à la famille des acides gras poly-insaturés (également appelés acides gras essentiels car notre organisme est incapable de les fabriquer) tandis que les oméga 9, eux, appartiennent à celle des acides gras mono-insaturés.

 Oméga 3 : il faut différencier les oméga 3 que l'on trouve dans les huiles végétales de ceux que l'on trouve dans le poisson par exemple. Beaucoup moins étudiés que ceux des poissons, les oméga 3 des huiles végétales sont tout de même reconnus comme bénéfiques en prévention des maladies coronariennes et de certains cancers. On en trouve en quantité élevée dans l'huile de colza et de noix par exemple. L'huile d'olive n'en contient que très peu. L'apport journalier conseillé est de 120 mg chez l'homme et 100 mg chez la femme. 

 Oméga 6 : c'est l'acide gras essentiel le plus présent dans les produits végétaux. Il est particulièrement efficace contre la polyarthrite rhumatoïde mais pas plus que cela pour les maladies cardio-vasculaires. Là encore, l'huile d'olive n'en contient pas plus que cela. Tant mieux puisque l'alimentation en fournit déjà beaucoup, presque plus qu'il n'en faut d'ailleurs. L'apport journalier conseillé est de 11 grammes chez l'homme et 8,5 grammes chez la femme.

"Dans l'idéal, il faut avoir dans son alimentation un rapport équilibré entre les omégas 3 et 6 qui doit être de l'ordre de 5, précise le Pr Guy-Grand. C'est-à-dire qu'il faudrait consommer 5 fois plus d'omégas 6 que . Or, les Français ont plus tendance à consommer beaucoup plus d'oméga 6 que 3, environ 15 fois plus ! Par ailleurs, comme l'organisme ne peut pas synthétiser ces deux types d'acides, il est nécessaire que l'alimentation les lui fournisse.

 Oméga 9 : s'il peut être synthétisé à partir d'acides gras saturés, il est néanmoins essentiel d'en consommer d'origine végétale. L'acide oléique, autre appellation des oméga 9, contribue à la diminution du risque cardio-vasculaires, notamment en diminuant le taux sanguin de mauvais cholestérol et en augmentant celui de bon cholestérol. Idéalement, l'homme devrait pouvoir en consommer 30 grammes par jour et la femme 25.

Sommaire