Boire trop de lait augmenterait le risque de fracture

Une vaste étude menée par des suédois arrive à la conclusion que les femmes qui avalent au moins trois verres de lait par jour, voient leur risque de fracture osseuse augmenter. La polémique sur les supposés bienfaits des produits laitiers est relancée.

Boire trop de lait augmenterait le risque de fracture
© lolipep - Fotolia.com

Le lait, c'est bon pour la croissance. Le lait prévient le risque d'ostéoporose.
Ce qui apparaissait depuis des décennies comme une vérité absolue est, depuis quelques années, remis en cause par de nombreuses études scientifiques : le lait serait-il vraiment notre ami pour la vie ? Pas si sûr.
Une étude publiée jeudi dans le British Medical Journal, montre qu'une consommation importante de lait augmenterait les risques de fractures et le taux de mortalité. Les scientifiques suédois ont suivi pendant des années près de 100 000 hommes et femmes âgés de plus de 39 ans. Au cours de leur suivi, ils devaient indiquer combien de lait, yaourts ou encore fromages ils consommaient et répondre à des questionnaires sur leur état de santé.
Au final, les résultats sont surprenants : les femmes, qui consomment trois verres au moins de lait par jour, ont un risque relatif de décès "de 90 % plus élevé" et un risque de fracture de la hanche "de 60 % plus élevé", par rapport à celles qui boivent moins d'un verre par jour. Chez les hommes, le lien statistique entre grande quantité de lait consommée et risque de décès est également observé mais "de manière moins prononcée", alors qu'aucun lien n'est observé pour les fractures. Pour expliquer ces résultats, les chercheurs suédois évoquent la présence de sucres spécifiques (lactose et D-galactose) dans le lait. Ils pourraient ainsi jouer un rôle dans le stress oxydatif des cellules et l'inflammation des tissus et ainsi fragiliser les os.
Une étude à analyser avec prudence selon ses auteurs. Il s'agit d'un travail d'observation qui devra être confirmé, précisent les chercheurs. Pour l'heure, les scientifiques ont démontré un lien statistique entre grosse consommation de lait et risque de fracture, mais pas un lien de causalité. On ne peut donc pas déduire que le lait augmente le nombre de fractures. Par ailleurs, l'analyse concernant d'autres produits laitiers, fromages et yaourts notamment montre une baisse de mortalité et des risques de fracture, en particulier chez les femmes.
Alors que faire ? Si la relation entre calcium et solidité des os est régulièrement remise en cause, il n'empêche que le calcium est bon pour la santé. La conclusion est peut-être que l'on n'a pas besoin d'avaler des quantités de lait au quotidien. On peut, peut-être, se contenter de varier les sources de calcium.
Thierry Souccar, l'auteur de "Lait, mensonges et propagande", paru en 2007, rappelait déjà que, pendant sept millions d'années, l'Homme n'avait pas consommé de laitages, sans jamais manquer de calcium. C'est sans doute dans les fruits, les feuilles ou les graines que nos ancêtres assimilaient le calcium, explique-t-il. La solution serait donc dans les autres sources de calcium : l'eau minérale enrichie en calcium, le fromage, les yaourts, mais aussi les sardines ou les légumes. Sachez qu'un verre de lait apporte 300 mg de calcium, dont 30 % est absorbé, soit un peu moins de 100 mg de calcium net. En comparaison, il faut consommer moins d'une portion de chou chinois pour retirer la même quantité de calcium. 

Lire aussi