L'aspartame sans danger démontré

Selon l'autorité européenne de sécurité des aliments, les deux études de 2010 sur l'aspartame qui concluaient à des risques pour la santé humaine ne sont pas suffisantes.

L'aspartame sans danger démontré
© Artlux - Fotolia

L'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié aujourd'hui une déclaration statuant sur les deux études impliquant l'aspartame et sa potentielle implication dans le développement de cancers chez la souris et d'accouchements prématurés chez la femme affirmés dans deux études scientifiques parues en 2010.

La première étude indiquait un risque de développement de cancers chez des souris consommatrices d'aspartame. Elle a été évaluée comme non interprétable en raison du protocole expérimental qui analysait les souris après leur mort naturelle.

Dans les études, les souris sont normalement tuées à l'âge adulte (104 semaines) afin d'exclure les maladies dues au vieillissement de leurs résultats. De fait, les animaux plus âgés sont davantage susceptibles de contracter une maladie et notamment un cancer, sans lien avec l'expérience.

En plus, les souris ("souris suisses") utilisées dans cette étude sont connues pour développer spontanément des tumeurs avec l'âge et les résultats de l'étude ne montrent pas une augmentation de ces tumeurs par rapport à la normale. La conclusion de l'étude était donc biaisée et l'EFSA recommande de ne pas en tenir compte pour juger des effets possibles de l'aspartame.

Dans la seconde étude, qui suggérait que la consommation régulière de boissons contenant des édulcorants artificiels augmentait le risque d'accouchement prématuré, l'EFSA n'a pas trouvé de preuve dans l'étude entre les boissons et les accouchements prématurés. Les accouchements suivis pour l'étude étaient certes prématurés, mais provoqués et non spontanés. Leur valeur ne peut donc être une preuve contre les édulcorants selon l'EFSA.

L'EFSA continuera néanmoins à suivre les publications scientifiques sur l'aspartame afin d'identifier toute indication d'un risque éventuel pour la santé, comme tous les autres additifs alimentaire.

 

Pour en savoir plus, voir notre dossier sur les additifs alimentaires

Source : Déclaration de l'EFSA