Faut-il continuer à manger des fruits et légumes pour éloigner le cancer ? Fruits et légumes : qui fait quoi ?

Si vous voulez que les fruits et légumes vous aident le mieux possible à lutter contre le cancer, alors vous pouvez tenter de cibler, parmi eux, ceux qui ont une action reconnue contre certains types de cancer. Il ne s'agit ici que d'une liste à titre indicatif, extraite de l'ouvrage "Anticancer", du Dr Servan-Schreiber. Par ailleurs, ne perdons pas de vue qu'aussi bons qu'ils soient pour la santé, les fruits et légumes ne sont pas des médicaments miracles. Ils ne remplacent en aucun cas un traitement médical et peuvent s'inscrire en complément. Demandez l'avis de votre médecin.

les brocolis contiennent des 'molécules anticancer' : à consommer sans
Les brocolis contiennent des "molécules anticancer" : à consommer sans modération ! © Franz Pfluegl - Fotolia.com

 Les tomates contiennent du lycopène, une substance associée à l'augmentation du taux de survie chez les hommes souffrant d'un cancer de la prostate. L'idéal est d'en consommer deux fois par semaine mais attention : pour être efficaces, les tomates doivent être cuites et mélangées à un corps gras type huile d'olive.

 Les crucifères (chou, chou-fleur, brocolis...) contiennent eux aussi des molécules "anticancer" telles que le sulforaphane et les I3C, qui empêchent l'évolution des cellules malignes. Ils auraient notamment une action positive pour lutter contre le cancer de la prostate et ses métastases. Cette fois, il faut les consommer après une cuisson courte (ne pas faire bouillir).

 Il n'y pas que les carottes qui sont riches en carotène : citrouille, courges, potimarrons et autres fruits aux couleurs vives en sont également riches. Tous contiennent, entre autres, de la vitamine A et du lycopène qui ont la capacité d'inhiber la progression de certaines cellules cancéreuse (gliome du cerveau par exemple) mais aussi de stimuler le système immunitaire, qui sera plus à même de lutter contre les cellules tumorales.

 Les fruits rouges contiennent de l'acide ellagique et des polyphénols. Ils aident à activer les mécanismes d'élimination des substances cancérigènes dans l'organisme.

 Les flavonoïdes contenus dans les agrumes ont également une action bénéfique, favorisant la détoxification des substances cancérigènes par le foie. L'idéal : l'écorce d'agrume râpée.

 Ail, oignons et autres alliacés auraient notamment un effet positif contre les cancers du côlon, du sein, de la prostate, du poumon et la leucémie. Pour une efficacité optimale, les manger hachés dans un peu d'huile.

 N'oublions pas le soja et ses isoflavones. Il convient toutefois d'être très prudent : le soja consommé depuis l'adolescence par les femmes asiatiques semble associé à une diminution importante du risque de cancer du sein. En revanche, l'isoflavone consommé sous forme de complément alimentaire (et donc probablement dans des proportions plus importantes) semble au contraire associé à une aggravation de certains cancers du sein.

 Champignons, curcuma, gingembre, algues, fruits à noyaux semblent aussi avoir des actions positives pour lutter contre certains types de cancers.

Sommaire