Alerte sur les compléments alimentaires

Alors que l'offre et la consommation de compléments alimentaires ne cessent de se développer, les autorités sanitaires rappellent qu'ils sont loin d'être anodins pour la santé.

Alerte sur les compléments alimentaires
© tungstene - Fotolia.com

Contre la fatigue, le surpoids, la perte de cheveux ou encore les problèmes digestifs : les compléments alimentaires sont incontournables et  20 % des Français en consomment régulièrement. Mais, selon l'agence de l'Alimentation, il existe des dangers clairement démontrés avec certains d'entre eux."Ces produits, souvent perçus comme anodins par les consommateurs, peuvent néanmoins, dans certaines conditions, les exposer à des risques", martèle l'Agence dans un communiqué publié ce mercredi. Dans un contexte de diversification des circuits de distribution des compléments alimentaires, notamment via Internet, elle souligne par ailleurs que "les contrôles deviennent de plus en plus compliqués."

Appel à la vigilance. Afin d'identifier d'éventuels effets indésirables liés à la consommation de ces produits et renforcer la sécurité du consommateur, l'Anses a été chargée, depuis 2010, d'une mission de nutrivigilance. Objectif : collecter les effets indésirables déclarés par les professionnels de santé. A la suite de plus de 1500 signalements dont 76 % liés à la consommation de compléments alimentaires, l'Anses a pu émettre des recommandations sur une dizaine de produits. Dans sa ligne de mire, on trouve : 
- les compléments alimentaires à la levure de riz rouge utilisés pour aider à baisser le cholestérol. Non seulement ils ne sont pas efficaces, mais en plus l'Anses a répertorié des effets indésirables graves, en particulier des problèmes hépatiques.
- les compléments alimentaires minceur contenant de la p-synéphrine. Censés aider à la perte de poids, ils pourraient provoquer des troubles cardiovasculaires.
- les boissons énergisantes : l'Anses a reçu plusieurs signalements d'arrêts cardiaques. Elle rappelle qu'associés à une consommation d'alcool, de caféine ou à la pratique sportive, ses effets sont potentiellement majorés.

A surveiller aussi la vitamine B9 (l'acide folique) chez les femmes enceintes. Des évaluations sont en cours et des conclusions seront connues début 2015.

Rappelons qu'une alimentation équilibrée et diversifiée suffit à apporter les nutriments nécessaires à l'organisme. En cas de prise de compléments alimentaires, il faut toujours informer a minima son pharmacien et au mieux son médecin afin d'éviter des interactions médicamenteuses et ne jamais remplacer un traitement prescrit par un complément alimentaire sans avis médical. 

Lire aussi