Spiruline : privilégiez l'achat en pharmacie ou parapharmacie

Suite au signalement d'effets indésirables et d'allergies, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation (Anses) publie un avis de vigilance.

Spiruline : privilégiez l'achat en pharmacie ou parapharmacie
©  apugach/ 123RF

Dans un avis, l'Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail) met en garde les consommateurs quant aux effets indésirables des compléments alimentaires à base de spiruline (une micro-algue, riche en nutriments et en protéines). Vendue en France sous forme d'aliment ou bien en tant que complément alimentaire, la spiruline - très appréciée des sportifs - fait l'objet d'une mise en vigilance. En cause ? Le signalement de plusieurs cas de consommateurs touchés par des troubles digestifs, des allergies ou encore des atteintes musculaires.

Des traces de plomb, mercure et arsenic découvertes

L'Anses a retenu 10 effets indésirables sur 49 signalements liés à la consommation de spiruline. Pour autant, l'Agence indique que ce complément alimentaire "ne semble pas présenter de risque sanitaire à de faibles doses (jusqu'à plusieurs grammes par jour chez l'adulte)" mais que "les produits contenant de la spiruline peuvent en revanche être contaminés par des cyanotoxines (mycrocystines notamment), des bactéries ou des éléments de traces métalliques (plomb, mercure, arsenic)." En effet, ces éléments toxiques ont été relevés sur des échantillons vendus dans le commerce au Mexique, en Italie, à Cuba, en Thaïlande, en Inde, en Israël et aux États-Unis.

Privilégier les circuits d'achat sécurisés

Au regard de ces signalements, l'Agence sanitaire recommande aux consommateurs de privilégier les circuits dits "classiques" et les "mieux contrôlés", comme les pharmacies ou les parapharmacies et d'éviter les achats de spiruline sur Internet ou en salles de sport. Qui plus est, cette supplémentation est déconseillée aux personnes présentant un terrain allergique et à celles atteintes d'une maladie génétique rate, la phénylcétonurie ou qui présentent une vulnérabilité musculaire ou hépatique.

A lire aussi :