Manger en pleine conscience : quels bienfaits pour notre corps ?

Pratiquer la méditation de pleine conscience au moment des repas nous permet de nous mettre en chemin vers de nouvelles habitudes.

Manger en pleine conscience : quels bienfaits pour notre corps ?
© racorn - 123 RF

Géraldine Desindes, animatrice de programmes d'alimentation et pleine conscience à Levallois (92), nous dévoile les secrets de ce drôle de régime, simple, efficace et sans les conséquences néfastes d'un régime restrictif et passif. Elle rappelle d'abord que la "pleine conscience" est à l'origine une pratique méditative bouddhiste et que c'est le MaîtreThich Nhat Hanh, qui a permis son large déploiement en occident. "Puis dans les année 80, Jon Kabat-Zinn a eu l'intuition d'adapter, de laïciser et de proposer ces pratiques dans un contexte hospitalier aux Etats-Unis." Cette approche connaît aujourd'hui un essor considérable en inspirant de nombreux programmes de développement personnel. Elle est parfaitement adaptée à une diététique douce, savoureuse et efficace.

Une présence attentive

Manger en pleine conscience c'est d'abord porter une douce attention à ce qui se passe en soi et autour de soi au moment du repas : les sons, les saveurs, les couleurs, les textures mais aussi les émotions, les sensations induites par ce repas. Cette observation doit être bienveillante avec soi-même, sans critiques, sans commentaires… manger en silence, sans télé, pour dompter son esprit et inviter tous ses sens au repas. Quand par exemple on se jette sur une tablette de chocolat, ce n'est pas la peine de se fustiger, de culpabiliser. Il s'agit au contraire d'être à l'écoute de ses sensations corporelles. Comment ai-je faim de chocolat ? Suis-je rassasié(e)? Suis-je conscient(e) des critiques que je m'assène ? C'est ce que Géraldine Desindes appelle "remettre du gris entre le noir et le blanc". Il faut cultiver cette douceur envers soi, ne pas se juger, prendre conscience qu'on a de la chance d'avoir cette assiette devant nous, puis s'intéresser au produit lui-même. Se demander d'où il vient, son impact écologique mais aussi son impact sociétal, qui l'a cultivé, qui l'a transporté, quels sont ses composants bénéfiques, etc.

Développer notre sagesse externe (diététique) et interne

La formatrice apprend à sortir du pilote automatique qui nous entraîne à manger habituellement. "Nous ne sommes pas des voitures qu'on doit remplir d'essence." aime-t-elle répéter. Il faut prendre conscience que la nourriture nous constitue. Que les atomes de nourriture deviennent nos propres atomes et que notre corps est une caisse de résonance de notre être. Il s'agit donc d'atteindre le bien-être mental pour être bien dans son corps

Manger en pleine conscience signifie être pleinement présent à notre repas, concentré sur la magie des aliments. Ainsi la première bouchée est toujours très satisfaisante, elle comble la faim, nous fait découvrir des saveurs nouvelles ou oubliées. À chaque bouchée supplémentaire de la même saveur on tente de ressentir l'effet bénéfique de cette première bouchée, et on multiplie les bouchées sans jamais le retrouver. Mais si on prépare une assiette variée avec des saveurs, des couleurs et des odeurs différentes, on multiplie les petits plaisirs sans se gaver.

De même, en choisissant des produits de saison, locaux et d'origine végétale, on se met à la bonne place dans notre monde, dans notre environnement. En prenant le temps d'être reconnaissant à la nature et à ceux qui ont permis ce repas, on se connecte avec les autres et on laisse le temps à nos hormones d'agir pour notre bien.

Dès le moment où on fait ses courses

Cette pleine conscience commence d'ailleurs dès le moment où on fait ses courses, ou quand on choisit un plat sur la carte du restaurant, ou encore quand on fait la cuisine. Géraldine Desindes invite à se rappeler qu'on est notre meilleur expert. Nous savons très bien nous apporter ce dont nous avons besoin et ce qui nous fait plaisir. Elle conseille par exemple de varier les magasins d'alimentation. Ne pas toujours aller au même. Ce qui oblige à être plus attentif au choix des rayons en écoutant ses réels besoins, en s'interrogeant sur ses envies, et à mieux regarder les emballages, les composants etc.

En sortant des automatismes, en prenant conscience de nos besoins. En étant à l'écoute de nos émotions, on équilibre nos quantités et nos envies et… on atteint son poids idéal sans même y penser !!

© Medoucine

Article proposé par Géraldine Desindes, animatrice de programmes alimentation et pleine conscience, fait partie des praticiens sélectionnés et validés du site Médoucine.com, la médecine douce en toute confiance.

Lire aussi