Oeufs contaminés : quels sont les risques ?

L'Anses vient de publier une évaluation des dangers liés à la consommation d'œufs contaminés au fipronil, en prenant en compte la consommation des Français. Selon les résultats, le risque d'effets sanitaires reste "très faible".

Oeufs contaminés : quels sont les risques ?
© 123rf-ddsignstock

Depuis le mois d'avril dernier, près de 250 000 œufs contaminés au fipronil auraient été importés depuis les Pays-Bas et la Belgique, et mis en vente sur le marché français. Au total, des millions d’œufs contaminés se retrouvent aujourd'hui dans 12 pays européens, a rappelé le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert sur RMC. Cette substance active insecticide et acaricide est "autorisée comme antiparasitaire dans les médicaments vétérinaires pour les animaux de compagnie, mais ne l'est pas pour le traitement des animaux d'élevage dont les produits sont destinés à la consommation", précise l'Anses dans un communiqué. Le fipronil a donc été utilisé frauduleusement dans les élevages des Pays-Bas et de Belgique pour traiter les poux rouges des poules. Le 20 juillet dernier, les autorités belges ont informé la Commission européenne de la présence du fipronil dans des œufs et des viandes de volailles pondeuses provenant de ces deux pays.

L'Anses se veut rassurante. Pour l'heure, de nombreux œufs contaminés ont déjà été consommés. Quels sont donc les risques pour la santé ? Saisie par les ministères en charge de l'agriculture, de la santé et de la consommation, l'Anses a mené une évaluation des risques liés à la consommation de ces œufs. Elle rappelle tout d'abord que la toxicité du fipronil est plutôt modérée et que les effets observés chez l'homme sont généralement bénins. "Des niveaux de dose de l'ordre de 10 fois la dose de référence aigüe n'ont conduit qu'à des symptômes bénins et réversibles, notamment des troubles digestifs, y compris chez l'enfant. L'exposition répétée au fipronil n'a pas non plus montré d'effets préoccupants, seulement des signes locaux bénins", précise l'Anses. Par ailleurs, selon des données expérimentales, des effets neurotoxiques et notamment des convulsions peuvent survenir, mais "ce type d'effet n'a pas été observé dans les cas d'ingestion directe accidentelle de produit à base de fipronil recueillis par les centres antipoison français dans le cadre de la toxicovigilance", précise le communiqué.

L'Anses a également défini la quantité maximale d'œufs pouvant être consommée en une seule fois sans s'exposer à un risque aigu. Il faudrait alors, à un adulte, consommer plus de 10 œufs par jour pour être exposé. Néanmoins, cette consommation varie selon l'âge et le poids de la personne. Par conséquent, le risque ne peut être exclu en cas de dépassement de ces niveaux de consommation maximale d’œufs. "Cependant, compte tenu des concentrations de fipronil observées à ce jour dans les produits contaminés, et considérant la caractérisation des dangers de cette substance, le risque de survenue d'effets sanitaires apparaît très faible", conclut l'Anses. 

Quantité maximale d’œufs pouvant être consommés © Anses