Régime végane : quels effets sur la santé ?

Plus qu'une tendance, le véganisme s'est imposé comme un mode de vie. Mais qu'est-ce vraiment ? Est-ce dangereux pour la santé ?… Réponses du Dr Lecerf, chef du service de Nutrition à l'Institut Pasteur de Lille.

Régime végane : quels effets sur la santé ?
© Rido - 123RF

Le véganisme séduit de plus en plus de personnes. Comme les végétaliens, les véganes ne mangent aucun produit d'origine animale, que cela soit de la viande rouge ou blanche, du poisson, des mollusques, ou des œufs, du lait, du miel… Mais leur sensibilité pour la cause animale ne s'arrête pas là. Bien plus qu'un simple régime alimentaire, le véganisme est en effet un mode de vie. Et pour cause, les véganes refusent également d'utiliser des produits issus des animaux ou testés sur eux comme cela est le cas du cuir, de la fourrure, de la laine, de la soie, de certains cosmétiques… Ces "végétaliens +" sont ainsi particulièrement militants par rapport aux autres et à ce qui les entoure.

Baisse du risque de maladies cardiovasculaires. "Le point positif de cette pratique est que ces personnes prennent le contre-pied de l'alimentation occidentale qui a parfois tendance à être trop riche en graisse, en sucre…", affirme le Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service de Nutrition à l'Institut Pasteur de Lille. D'ailleurs, plusieurs études ont démontré les bénéfices de ce régime alimentaire. "Il a été observé une diminution du risque de diabète et de maladies cardiovasculaires. Les résultats sont plus complexes pour les cancers. Il semblerait qu'il y ait un bénéfice pour le cancer de la prostate. En revanche, le bénéfice pour le cancer du colon et du rectum n'est pas toujours observé."

Des carences avérées. Il n'empêche que le régime végane, et donc végétalien, n'est pas sans risque pour la santé. En effet, plusieurs minéraux et vitamines sont insuffisamment ou ne sont pas apportés par l'alimentation. "Les végétaliens qui ont de faibles apports en calcium présentent un risque d'ostéoporose. C'est le cas pour la majorité d'entre eux. Leurs apports en oméga 3 sont également insuffisants pouvant provoquer des troubles à neuromédiateurs. Enfin, les études sont formelles : trois quarts des végétaliens ont un taux en vitamine B12 trop faible. Cette vitamine exclusivement d'origine animale est pourtant essentielle à l'organisme. Une carence en vitamine B12 engendre une diminution des capacités cognitives et une altération des structures cérébrales, et ce quel que soit l'âge. Il est donc indispensable de prendre une supplémentation en vitamine B12 lorsque l'on adopte le régime végétalien. Pourtant, rares sont ceux qui l'acceptent", explique le Dr Lecerf.

"Le véganisme n'est pas une bonne idée." Le végétalisme est absolument déconseillé aux personnes âgées, aux femmes enceintes et aux enfants. Ces derniers auraient en effet un risque très important de déficit en calcium, en zinc, en fer, en protéines, en vitamine B12, etc., pouvant entraîner une anémie sévère, un retard de développement, et même le décès, selon le nutritionniste. Les femmes enceintes, elles, ont notamment besoin d'oméga 3 pour le développement du fœtus. Il apparaît par ailleurs que ce régime alimentaire peut être un signe de troubles du comportement alimentaire chez les adolescents. Pour le Dr Lecerf, "ce n'est pas une bonne idée d'être végane d'une manière générale. Il faudrait que ce régime alimentaire comporte au moins du poisson. Toutefois, il est indéniable que l'adopter de temps en temps est bon pour la santé. Il est ainsi possible de faire deux repas végétaliens et cinq repas pesco-végétariens, c'est-à-dire comportant du poisson, par semaine".

Le Dr Jean-Michel Lecerf est l'auteur de "La viande, un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout ?", aux Editions Buchet-Chastel.

Lire aussi