Nutrition et émotions : même combat !

Et pourquoi pas soigner le stress ou la déprime via l'alimentation ? Claire Colson, naturopathe et sophrologue, explique quels sont les nutriments et vitamines à privilégier pour une humeur au beau fixe.

Nutrition et émotions : même combat !
© citalliance - 123 RF

Les spécialistes s'accordent aujourd'hui pour affirmer que 80 % des pathologies sont liées à une mauvaise alimentation. La santé physiologique et la santé psycho-émotionnelle faisant un tout, il convient de surveiller de près son alimentation pour mieux gérer notre résistance au stress. Les explications par Claire Colson, naturopathe et sophrologue, membre du réseau Medoucine.

"Que l'aliment soit ton médicament"

Claire aime citer Hippocrate qui au 1er siècle avant J-C répétait "Que l'aliment soit ta première médecine". Si le lien entre notre alimentation et la santé globale est désormais une évidence, on sait moins qu'elle peut impacter nos émotions et notre équilibre psychologique. Et pourtant, les neurosciences actuelles ont également validé le fait que l'intestin est notre "deuxième cerveau". C'est là que sont produits une grande partie des neurotransmetteurs comme la dopamine (hormone de la mise en action) et la sérotonine (hormones du plaisir) ou encore la mélatonine (hormone du sommeil). Ces neuro-hormones vont guider nos humeurs et être à la source de troubles du comportement. C'est une évidence connue depuis très longtemps par la médecine traditionnelle chinoise qui est aujourd'hui validée par la médecine occidentale moderne, et notamment les neurosciences. On sait aussi qu'un déséquilibre de la flore intestinale (microbiote intestinal) a une forte incidence sur la sécrétion de ces neurotransmetteurs.

Alimenter nos neurotransmetteurs

Quand on vient la voir pour faire face au stress, combattre une dépression et retrouver un équilibre émotionnel, la naturopathe-sophrologue Claire Colson oriente toujours ses recommandations sur le réglage alimentaire.

"Pour aider à produire de la sérotonine, que j'ai l'habitude d'appeler "petites lunettes roses qui font voir la vie dans des jolies couleurs", je recommande régulièrement des gélules de griffonia", explique-t-elle. Le griffonia est une plante médicinale originaire de l'Afrique de l'ouest, qui a des vertus anxiolytiques, régulatrices de l'humeur et du sommeil.

Pour activer la dopamine, libérée par notre cerveau lorsqu'on expérimente des activités associées au plaisir (lors des rapports sexuels par exemple), elle conseille de changer nos habitudes, et notamment d'intégrer dans nos petits déjeuners des protéines animales (jambon, œufs, fromages, yaourts). Un petit-déjeuner de champion sportif donc, ou du parfait citoyen britannique, bien loin de notre sacro-saint café-croissant.

Quels sont les nutriments et vitamines à privilégier ?

Pour une résistance à toute épreuve, il faut favoriser les nutriments contenus dans notre alimentation. Les oméga 3 par exemple, sont de bonnes graisses que l'on trouve dans les poissons, l'huile de colza ou les amandes. "Ils garantissent la qualité de l'enveloppe de nos cellules, favorisent la communication entre nos cellules, et jouent un grand rôle dans notre système nerveux du point de vue de la régulation émotionnelle et de notre capacité à s'adapter et à gérer le stress", précise Claire Colson.

Les vitamines du groupe B sont également primordiales pour notre organisme et notre système nerveux. Hydrosolubles (soluble dans l'eau), elles sont impossibles à stocker par notre organisme. Il faut donc en ingérer tous les jours. On en trouve dans la levure de bière, le germe de blé, les céréales complètes, les abats, le jaune d'œuf et les poissons gras.

La vitamine D3 est aussi très importante. Liposoluble (soluble dans les graisses), elle est principalement synthétisée lors d'une exposition au soleil. En été, 20 minutes d'exposition modérée par jour au soleil, peut être suffisant pour notre apport journalier de vitamine D. Lorsque l'ensoleillement est insuffisant, il convient d'utiliser des compléments alimentaires pour prévenir la dépression saisonnière, améliorer la capacité de force musculaire, renforcer le système immunitaire et contribuer aux gains de masse maigre (musculaire et osseuse).

Claire Colson préconise aussi les indispensables oligo-éléments comme le magnésium. Contenu dans les fruits de mer, le chocolat et le sésame, il agit sur la fatigue physique et mentale. Elle recommande également les probiotiques, micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui aident à la digestion, stimulent le système immunitaire et préviennent ou traitent les diarrhées et gastro-entérites. On les retrouve dans les yaourts et les produits lacto-fermentés. 

Le plaisir d'être à table

Claire Colson constate que ces molécules ont un effet positif sur l'humeur et le comportement. Les retours de ses client sont positifs : "ils constatent dès deux ou trois semaines une baisse de leur agressivité, de l'agitation, des sautes d'humeur et des épisodes dépressifs". A contrario, certains nutriments et colorants, issus le plus souvent de l'alimentation industrielle, et particulièrement le sucre raffiné, ou pire, l'aspartame, mais aussi le glutamate (contenu bien souvent dans les plats chinois) vont exciter le système nerveux et augmenter les troubles de l'hyperactivité et le manque de résistance au stress, constate encore la spécialiste. Elle conclue en affirmant : "le principal dans tout ça, c'est de manger avec plaisir et en étant bien entouré ". L'impact émotionnel varie en effet selon la manière dont on mange et selon l'environnement. Une belle présentation, une assiette colorée, avec des personnes que l'on aime, c'est le meilleur des régimes bonne humeur !

© Medoucine

Article proposé par Sylvie Mahenc, avec Claire Colson, praticienne de santé naturopathe et sophrologue, membre du site Médoucine.com, la médecine douce en toute confiance.

Lire aussi