Au supermarché, comment faire les bons choix ?

Dans la nouvelle édition du guide Le bon choix au supermarché, 800 produits sont passés au crible : ceux qu’on peut mettre dans le caddie et les autres, à éviter. Au total, 107 seraient à bannir.

© Luca Bertolli - 123 RF

Additifs, colorants, conservateurs, matières premières de mauvaise qualité… Les produits alimentaires que nous consommons tous les jours réservent parfois des surprises. C'est le constat qu'on fait les auteurs d'un livre "Le guide du bon choix au supermarché" (édition Thierry Souccar) publié le 7 avril. Pas moins de 323 aliments seraient à éviter et 107 à bannir.

La liste épingle tous types de produits, du yaourt aux sauces préparées en passant par les biscuits pour enfants, quelles que soient les marques, mais aussi des allégations santé (sans matière grasse, sans gluten, 0%, bio, etc.). On apprend ainsi qu'une marque de Pasta Box renferme jusqu'à 16 additifs, que les yaourts aux fruits sont globalement à éviter (mieux vaut mettre de la vraie confiture ou du miel dans un yaourt nature) ou encore que "bio" ne signifie pas toujours sain.

Au-delà de cette liste "noire" qu'il faut somme toute interpréter avec prudence (inutile de paniquer si l'un des produits pointés du doigt est rangé dans votre placard), l'objectif de ce guide est avant tout pédagogique. L'idée étant de donner des clés aux consommateurs afin qu'ils acquièrent de bons réflexes lorsqu'ils font leurs courses au supermarché. Car pour l'heure, autant dire que les consommateurs ont bien du mal à s'y retrouver.

La Loi Santé adoptée en début d'année prévoit de simplifier les étiquettes alimentaires par la mise en place d'un code couleur, afin de les rendre plus accessibles. Mais son décret d'application n'a pas encore été publié. Même si la mesure serait efficace, le sujet est sensible : l'industrie agro-alimentaire pourrait mettre son grain de sel !

Voici quelques conseils pour repérer les pièges :

  • La liste des aliments doit être courte : plus c'est long, plus le produit contient potentiellement des additifs. Globalement, s'il y a trop de colorants, trop de conservateurs, d'exhausteurs de goût ou tous autres additifs, évitez d'acheter ce produit trop souvent.
  • Dans l'ordre d'apparition des ingrédients, vous devez trouver les aliments que vous connaissez et qui sont censés se trouver dans le produit. Exemple : si le sucre est mentionné en premier sur l'étiquette de céréales du petit-déjeuner, cela signifie que la principale céréale s'y trouve en plus petite quantité que le sucre. De même, pour limiter les matières grasses, vérifiez qu'elles n'apparaissent pas trop tôt dans la liste des ingrédients. 
  • Méfiez-vous de la mention floue "matières grasses d'origine animale" ou "végétale" car celles-ci peuvent être de mauvaises graisses saturées (huile de palme, de coco, etc.) ou hydrogénées (acides gras trans).
  • Repérez les aliments trop salés : globalement les aides culinaires (bouillons), les soupes préparées et les plats cuisinés regorgent de sels cachés.
  • Soyez attentifs à certains produits, en particulier les céréales du petit déjeuner. En effet, elles ont la plupart du temps subi des transformations lors de la cuisson. C'est le cas des céréales soufflées, extrudées ou encore éclatées selon que l'industriel veut obtenir des grains soufflés, des boules ou des grains de riz. Le problème c'est que ce procédé augmente l'index glycémique.
  • Ne vous focalisez pas sur le nombre de calories. Le nombre total de calories est un moyen rapide pour comparer deux produits. Mais le problème, c'est que prise seule, la valeur calorique n'a pas vraiment de sens. En tout cas nutritionnellement parlant : un aliment peut être moins calorique qu'un autre mais plus gras ou plus sucré par exemple. 

Lire aussi