Obésité : les sucres cachés dans le collimateur de l’OMS

La consommation de sucres doit être limitée chez les adultes et les enfants, signale l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Objectif : lutter contre l’obésité et les caries dentaires.

Obésité : les sucres cachés dans le collimateur de l’OMS
© mocker_bat

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande aux adultes et aux enfants de limiter leur consommation de sucres libres ou cachés à moins de 10% de la ration énergétique journalière. Cela équivaut à 50 grammes de sucre, soit 12 cuillères à café. Il serait même préférable que la consommation passe sous les 5%. L’objectif est ainsi de favoriser la lutte contre l’obésité et les caries dentaires.

Attention aux sucres cachés ! Aujourd’hui, une grande partie des sucres consommés sont "cachés" dans des aliments transformés qui ne sont pas considérés comme des sucreries, signale l’OMS. Par exemple, une cuillère à soupe de ketchup contient environ 4 grammes de sucre caché et une canette de soda sucré, jusqu’à 40 grammes. Les sucres naturellement présents dans les concentrés de fruits, les jus de fruit, les miels et les sirops ainsi que ceux ajoutés aux aliments par le cuisinier, le fabricant ou le consommateur, sont concernés par la recommandation. En revanche, ce n’est pas le cas des sucres artificiels et des sucres contenus dans les fruits et les légumes frais ainsi que dans le lait.

Mieux informer les consommateurs. Pour réduire la consommation de sucres, l’OMS recommande de diminuer la diffusion de campagnes publicitaires autour des aliments et boissons à haute teneur en sucres cachés et ciblant les enfants. Elle estime également qu’un meilleur étiquetage des aliments indiquant la teneur en sucres cachés, est nécessaire. Enfin, elle préconise à ses pays membres "d’engager le dialogue avec les industries agro-alimentaires afin qu’elles réduisent les sucres cachés dans la composition de leurs produits".