Cueillette des champignons : pic d'intoxications et de cas graves

En cette période de récolte, l'apparition de tout symptôme associé à une consommation de champignons sauvages possiblement toxiques doit faire l'objet d'un appel au centre antipoison et/ou d'une consultation médicale dans des délais brefs.

Cueillette des champignons : pic d'intoxications et de cas graves
© kzenon - 123 RF

Depuis début juillet, 32 cas graves d'intoxication par des champignons ont déjà été rapportés aux centres antipoison sur 1 179 cas signalés, alors que la moyenne annuelle observée est d'une vingtaine de cas graves, alerte la Direction générale de la Santé dans un communiqué de presse. Parmi ces 32 cas, 20 correspondent à un "syndrome phalloïdien", caractérisé par des signes digestifs survenant en moyenne 10h à 12h après la consommation de champignons et qui peut être à l'origine d'une atteinte hépatique mortelle en l'absence de traitement. D'ailleurs, "deux cas ont nécessité une greffe hépatique et un troisième cas est décédé", précise le communiqué.

Ce syndrome peut être causé par des amanites (amanite phalloïde, amanite vireuse…), des petites lépiotes ou des galères. Aussi, il est indispensable de faire identifier les champignons par un spécialiste (pharmaciens, mycologues des associations) avant de les consommer. 

Le ministère de la Santé rappelle une série de recommandations : cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon (pied et chapeau) afin de permettre l'identification ; prendre une photo de la cueillette avant cuisson, elle sera utile en cas d'intoxication pour identifier le champignon et décider du traitement adéquat ; séparer les champignons récoltés par espèce ; déposer les champignons séparément, dans une caisse ou un carton mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ; toujours s'assurer de l'espèce des champignons et faire vérifier s'ils sont comestibles auprès d'un pharmacien ou d'une association de mycologie ; au moindre doute, jeter le champignon ; consommer les champignons frais en quantité raisonnable ; consommer rapidement la récolte ou la conserver 2 jours maximum dans le bac à légumes du réfrigérateur ; effectuer une cuisson prolongée, ne jamais consommer cru ; bien se laver les mains après la récolte ; éviter les sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges) car les champignons concentrent les polluants. 

En cas d'apparition d'un ou plusieurs symptômes (notamment diarrhées, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc.) à la suite d'une consommation de champignons de cueillette : appelez immédiatement le "15" ou le centre antipoison de votre région, et précisez que vous avez consommé des champignons.

Plus d'infos :
Prévention des intoxication sur le site du ministère de la Santé
Société française de Mycologie
Centres antipoison

Lire aussi