Régime végétarien : le pour et le contre Attention au risque d'anémie !

la carence en calcium est également courante si le régime végétarien ne contient
La carence en calcium est également courante si le régime végétarien ne contient pas assez de produits laitiers. © RG - Fotolia

"Si le régime végétarien est fait correctement, c'est-à-dire en étant bien informé sur l'équilibre alimentaire, il y a très peu de risque à le suivre, explique Béatrice Benavent-Marco, diététicienne nutritionniste. Il est tout à fait possible de compenser les éléments contenus dans la viande et le poisson par une alimentation ovo-lacto-végétarienne."

 Le risque principal est l'anémie. Contrairement au fer d'origine animale, le fer d'origine végétale est moins bien absorbé. Il en est de même avec la vitamine B12 qui, en plus d'intervenir dans la fabrication des globules rouges, joue un rôle important dans le système cérébral et nerveux.

 Autre carence possible : les protéines. "Cette carence est plus rare chez les végétariens qui incluent le poisson dans leur alimentation (semi-végétariens). Quant aux protéines d'origine végétales, en faisant les bonnes associations, on arrive à retrouver tous les acides aminés indispensables."

 Une attention particulière sera portée aussi au calcium indispensable pour la croissance osseuse et la prévention de l'ostéoporose. "Là aussi, les végétaliens (régime végétarien qui exclut tous les produits dérivés des animaux comme la gélatine mais aussi les œufs, le lait, le miel, etc.) sont plus exposés que les végétariens au risque de carence. Cependant, il existe des laits végétaux enrichis en calcium."

Dans l'ensemble, Béatrice Benavent-Marco insiste sur l'importance d'être sérieux et bien informé afin de prévenir tous risques de carences.

Même si le végétarisme bien mené connaît peu de contre-indications, il reste indispensable en cas de grossesse, d'allaitement ou de maladies chroniques de signaler vos habitudes alimentaires à votre médecin. 

Sommaire